Djemila Benhabib, marraine du festival Méli’Môme

Djemila Benhabib
Photo: Pedro Ruiz - Le Devoir Djemila Benhabib

Il s’agit de Le petit bohomme en papier carbone, de Francis Monty, une production de la Pire Espèce ; Vipérine, de Pascal Brullemans, présenté par Projet MÛ ; Pomme, une coproduction franco-québécoise des Petites âmes et Garin Trousseboeuf ; Le plus court chemin entre l’école et la maison de Jean-Rock Gaudreault, de la compagnie Mathieu, François et les autres ; Les ours dorment enfin, de Geneviève Billette, monté par l’Eldorado Théâtre ; et Dubé du bout du Bic, de Jasmine Dubé, produit par Bouches décousues.


Pour souligner encore davantage cette forte présence québécoise, le festival a demandé à Djemila Benhabib d’assumer cette année le rôle de marraine de Méli’Môme ; un choix qui sera accueilli avec enthousiasme jusqu’aux confins du Saguenay-Lac-Saint-Jean.


Notons aussi que trois de ces spectacles prendront ensuite la route de Nantes pour participer au festival Petits et grands, qui se déroule du 10 au 14 avril : Pomme, Dubé du bout du Bic et Le petit bonhomme en papier carbone se joindront là à un groupe de huit jeunes artistes et diffuseurs québécois, stagiaires de l’OFQJ.


On vous reparle de tout cela beaucoup plus en détails quelque part vers la mi-mars…


***

Collaborateur

À voir en vidéo