Brigitte Haentjens entre au Centre national des arts

Brigitte Haentjens (à droite), nouvelle directrice artistique du CNA, fait face à un défi de taille.<br />
Photo: Pedro Ruiz - Le Devoir Brigitte Haentjens (à droite), nouvelle directrice artistique du CNA, fait face à un défi de taille.

Pour sa première saison à la barre du Théâtre français du Centre national des arts (CNA) à Ottawa, la metteure en scène Brigitte Haentjens a concocté un savant mélange de valeurs sûres et de propositions audacieuses, réunies sur le thème «Rien de ce qui est humain ne m'est étranger».

Il faut dire que la nouvelle directrice artistique fait face à un défi de taille. En effet, les revenus du Théâtre français ont diminué de près de 30 % entre 2008-2009, première saison programmée par son prédécesseur Wajdi Mouawad, et 2010-2011, la dernière pour laquelle des statistiques sont disponibles. Cette tendance devrait se maintenir cette année puisqu'on remarque depuis le début de la présente saison une difficulté certaine à remplir les salles. De plus, le régime minceur récemment imposé à la fonction publique par le gouvernement Harper risque d'avoir un effet négatif sur toute l'économie de la région d'Ottawa-Gatineau, y compris sur la fréquentation des institutions culturelles.

Preuves et tradition

Pour (r)amener les spectateurs au CNA, Brigitte Haentjens mise d'abord sur des spectacles et des artisans qui ont fait leurs preuves: L'oulipo show de Denis Marleau, La nuit juste avant les forêts avec Sébastien Ricard dans une mise en scène signée par elle-même, Le grand cahier d'après le roman d'Agota Kristof, Invention du chauffage central en Nouvelle-France d'Alexis Martin et Daniel Brière, Poésie, sandwichs et autres soirs qui penchent de Loui Mauffette ainsi qu'Ubu sur la table, une version d'Ubu Roi en théâtre d'objets, ont tous déjà été présentés à Montréal ou ailleurs avec succès.

Renouant avec le Théâtre du Nouvel-Ontario qu'elle a dirigé de 1982 à 1990, elle présente aussi, en coproduction avec l'institution francophone de Sudbury, une nouvelle oeuvre de l'auteur cri Tomson Highway au titre assez loufoque, Zesty Gopher s'est fait écraser par un frigo, à laquelle Highway lui-même participera en tant que musicien. De plus, ne délaissant pas sa compagnie de production, Sibyllines, Brigitte Haentjens reprendra une production créée à La Chapelle, Le 20 novembre de l'auteur suédois Lars Norén.

Poursuivant une tradition maintenant bien établie, le Théâtre français du CNA accueillera trois productions provenant d'outre-Atlantique. La douleur, d'après un récit de Marguerite Duras, sera interprétée par Dominique Blanc dans une mise en scène de Patrice Chéreau et Thierry Thieû Niang. Rouge décanté, d'après un récit de Jeroen Brouwers, plongera les spectateurs dans l'enfer des camps de concentration japonais établis en Indonésie néerlandaise durant la Seconde Guerre mondiale. Et en avril 2013, le CNA accueillera en exclusivité nord-américaine un nouveau spectacle de Joël Pommerat, dramaturge et artiste associé à l'Odéon - Théâtre de l'Europe, qui est encore en gestation.

Enfin, la direction du volet jeunesse de la programmation du Théâtre français a été confiée à Mélanie Dumont, qui succède ainsi à Benoît

Vermeulen et qui a choisi neuf spectacles montés par les meilleures compagnies de théâtre jeunesse d'ici (Théâtre de L'oeil, Le Clou, Bouge de là, Confettis, entre autres) s'adressant aux jeunes spectateurs de tous âges, de 12 mois à 18 ans.

***

Collaboratrice du Devoir