Théâtre jeunes publics - Faire des choix

Michel Bélair Collaboration spéciale
Une scène de la pièce Le Grand Voyage de Petit Rocher
Photo: Mathieu Girard Une scène de la pièce Le Grand Voyage de Petit Rocher

Ce texte fait partie du cahier spécial Rentrée culturelle 2011

Ce n'est pas que tout aille pour le mieux dans le meilleur des mondes, mais le moins que l'on puisse dire, c'est que le secteur du théâtre pour les jeunes publics s'est considérablement enrichi au cours des années; le répertoire s'est élargi de façon exponentielle tout comme le nombre de compagnies, d'approches et de diffuseurs.

En additionnant simplement ce que proposent la Maison Théâtre, les Gros Becs et l'Arrière Scène, on en est déjà à une bonne quinzaine de spectacles d'ici Noël! Si vous rajoutez à tout cela les productions offertes dans le réseau de l'Aventure T à travers tout le Québec et dans celui des Maisons de la culture à Montréal, vous n'aurez pas le choix: il faudra faire des choix. Et comme on pense à vous à longueur d'année, voici quelques incontournables...

Automne chargé

Du côté de la Maison Théâtre, il faudra tout faire pour réussir à mettre la main sur des billets pour Les Petits orteils, le classique de Dominique Lavigne pour les petits de 3 à 6 ans qui s'installe rue Ontario dès la fin septembre. En reprise aussi, un peu plus tard en décembre, Wigwam, le remarquable conte initiatique de Jean-Frédéric Messier, ouvrira l'univers des cultures amérindiennes aux tout-petits (4 à 6 ans). Entre les deux, une coproduction Escaouette-Théâtre de Quartier sur l'amour, Je... Adieu — le texte de Mélanie Léger est mis en scène par Dominique Lavigne et s'adresse aux 9 à 13 ans — et une création de la Vieille 17 pour les 6 à 10 ans, Le Grand Voyage de Petit Rocher, dont on dit beaucoup de bien et que je pourrai voir enfin!

À Québec, pas moins de sept spectacles tout neufs vous attendent dans le pigeonnier des Gros Becs. Dès la fin septembre, Mouving, une coproduction France-Québec-Acadie sur le jeu clownesque met en scène trois personnages bizarres attendant l'autobus... En octobre, place aux cousins français de La Manivelle Théâtre qui continuent à faire connaître le répertoire québécois en France, mais qui, pour une rare fois, viennent ici avec leur version de L'Ogrelet de Suzanne Lebeau. Puis, fin octobre et coup sur coup, L'Océantume de Réjean Ducharme, la plus récente production du Théâtre Le Clou pour les préados dès 12 ans, et la production belge Banquise du Théâtre Maât qui propose aux petits de 3 ans l'histoire de trois pingouins jouant de la musique malgré la menace d'extinction qui pèse sur eux.

À peine le temps de souffler, voilà que PPSDanse s'amène avec Contes pour enfants pas sages, une série de huit contes de Jacques Prévert revus par le chorégraphe pour les enfants de 6 ans. Puis, pour quatre jours à peine, le grand cru des Zurbains 2011 propose aux ados des textes magnifiques et complètement sautés issus du concours d'écriture que l'on connaît. Pour couronner le tout sur une note plus légère c'est le Théâtre de l'oeil qui s'installe avec sa plus récente production, Sur trois pattes, du 6 au 22 décembre. Oufffffff.

Ailleurs aussi

Mais cette effervescence et cette présence aussi des compagnies étrangères ne se font pas sentir seulement à Montréal et à Québec. Sur les bords du Richelieu par exemple, à l'Arrière Scène de Beloeil qui s'est greffée l'an dernier au réseau Petits bonheurs, le directeur artistique Serge Marois propose maintenant une saison d'une bonne dizaine de spectacles dont trois avant que l'hiver nous tombe dessus.

Fin octobre, il accueille Aurel aux quatre vents, de Mathieu Chouinard et Mélanie Léger. Cette production du Théâtre populaire d'Acadie destinée aux 7 à 12 ans raconte l'histoire d'un vieil homme qui perd la mémoire. Puis, on enchaîne avec L'Ogrelet dans la version du Manivelle Théâtre que l'on pourra voir là si on n'a pas pu se rendre aux Gros Becs la semaine précédente et nous voilà déjà en décembre alors que l'on fait toute la place aux Mécaniques célestes de Claudie Gagnon. Cette «installation» pour les 4 à 10 ans que l'on a vue à Coups de théâtre est une réflexion sur le temps qui séduira les petits tout autant que leurs parents.

Ailleurs, dans la minuscule salle de l'Illusion Théâtre, rue de Bienville en plein coeur du Plateau, offre le Pain d'épice revu et corrigé par Claire Voisard aux tout-petits de 2 ans durant novembre et décembre, mais propose d'abord À la belle étoile aux enfants de 5 ans, en octobre, une version du célèbre conte Hansel et Gretel. Soulignons aussi que l'Illusion ouvre ses portes à la compagnie Kobol qui proposera ses deux spectacles Eko en octobre et Îlo en novembre. Et que deux spectacles pour les tout-petits seront aussi à l'affiche de la PdA Junior: octobre verra le retour de Paul Flou, la marionnette myope de Karine Saint-Arnaud, puis, en novembre, on reverra BAM du Théâtre des petites âmes dont on avait vu une première version à Petits bonheurs.

À la grandeur du Québec, l'Aventure T qui regroupe les diffuseurs de Châteauguay, Beloeil, Gatineau, L'Assomption, Laval, Longueuil, Maniwaki, Mont-Laurier, Repentigny, Sainte-Geneviève, Saint-Eustache, Saint-Jean-sur-Richelieu, Sainte-Thérèse, Salaberry-de-Valleyfield, Sorel-Tracy et Val-Morin, fait tourner des dizaines de spectacles qui viennent tout juste d'amorcer leur carrière. En plus de la majorité des productions dont on vient de vous parler, on pourra voir là Le Temps des muffins de Joël Da Silva, Carton rouge sur carré vert de Jean-Rock Gaudreault ou VariationS d'Hélène Blackburn et même des créations toutes neuves comme Les Mains dans la gravelle de Simon Boulerice ou Les ours dorment enfin de Geneviève Billette.

Suffira d'être vigilant...

À voir en vidéo