Carrefour international de théâtre - Un air de maturité précoce

Il y a quelques années, lorsque le Carrefour international de théâtre annonçait qu'il allait suivre le rythme du Festival TransAmériques (FTA) et présenter une édition annuelle, plusieurs ont retenu leur respiration. L'événement allait-il attirer suffisamment de public pour survivre? Allait-on pouvoir tenir sans s'essouffler? Continuer à présenter la crème de la crème dans un marché quand même plus réduit? Aujourd'hui, la preuve est faite! En annonçant sa programmation 2011, le Carrefour international affirme déjà sa maturité.

Présenté du 24 mai au 11 juin, le Carrefour accueillera cette année plus de 450 artistes d'ici et d'ailleurs. Deux spectacles sont présentés en coproduction avec le FTA: El final de este estado de causas, redux d'Israel Galván, le grand maître du flamenco contemporain qui ouvrira le festival le 24; et Gardenia d'Alain Platel, un autre spectacle fort attendu, sera présenté les 6 et 7 juin. Mais que l'on ne s'y trompe pas: la programmation entière du festival est tout simplement éblouissante.

C'est ainsi que l'on pourra voir la version intégrale de 9 heures du Lipsynch de Robert Lepage les 3, 4 et 5 juin à l'aréna Patrick-Poulin. Les 6, 7 et 8 juin, le festival accueille Cinq jours en mars de l'artiste japonais Toshiki Okada, «une oeuvre qui cherche à exprimer le désarroi universel d'une certaine jeunesse face à l'invasion de l'Irak» par les troupes de George Bush. Quelques jours plus tard, l'Argentin Claudio Tolcachir proposera sa comédie grinçante La omisión de la familia Coleman sur une famille totalement dysfonctionnelle... mais débordante de vie.

Carrefour sait aussi faire place aux aventures les plus audacieuses. C'est ainsi que du 25 au 29 mai, on présente la nouvelle création de Daniel Danis, Mille anonymes, hommage aux sociétés disparues, et que, lors du premier week-end, on pourra voir en continu de 21h à 23h une deuxième mouture d'Où tu vas quand tu dors en marchant... 2, sous la coordination de Frédéric Dubois. Sébastien Ricard sera aussi de la partie avec La Nuit juste avant les

forêts de Koltès, dans la mise en scène de Brigitte Haentjens. Tout comme Emma Haché avec Wolfe, Céline Milliat-Baumgartner avec Striptease et Martin Genest et Pierre Robitaille avec Cabaret Gainsbourg, musique et marionnettes.

Tout cela en plus des ateliers, des lectures, des tables rondes, des rencontres et des chantiers en tous genres, dont on trouvera la liste sur le site du festival (www.carrefourtheatre.qc.ca). Comme le dit Marie Gignac, la directrice artistique de Carrefour, on propose là cette année «des oeuvres et des artistes qui cherchent à inventer des mondes plus tendres, plus justes, plus cohérents». Comment résister à ce grand appel d'air au moment où l'été devrait enfin s'annoncer...