Théâtre - Les chemins de la liberté

La jeune comédienne Marie-Claude Garneau a plusieurs cordes à son violon. En plus de jouer au théâtre et à la télévision (Ramdam), elle écrit des textes pour le jeune public, et des pièces pour adultes présentées dans des événements d'écriture dramatique comme le Midi-Minuit Rallye Théâtral. Cette fois, sous la bannière de la compagnie Ouvriers Théâtre, elle voit sa pièce Vertiges produite dans la petite salle Espace 4001, au cœur du Plateau.

L'auteure y joue aux côtés de deux comédiennes formées, tout comme elle, à l'école de théâtre du Cégep de Saint-Hyacinthe: Christelle Juteau et Kim Gourdeau, ainsi que Frédéric-Antoine Guimond. Avec les moyens du bord et un décor de vente de garage, la troupe propose une pièce qui, loin d'être parfaite, possède ce petit supplément d'âme qui fait la force et l'originalité du théâtre.

Le destin semble s'acharner sur les personnages de Vertiges. Trois femmes marginales à qui la vie n'a pas fait de cadeau. Deux soeurs qui en arrachent à force de misère, de manque d'amour et de petites délinquances. Et qui s'inquiètent pour leur cousine Mathilde, «une attardée pleine d'humour» qui s'avérera plus sage que les autres membres de sa «famille de fous». Un drame et une rencontre bouleverseront la grisaille de leur quotidien. Et une lueur d'espoir viendra atténuer leurs vertiges existentiels.

Vertiges est une histoire à la fois drôle et touchante. Si l'écriture est un peu téléromanesque, l'auteure a le mérite de créer des personnages atypiques, en plus d'aborder des thèmes pertinents. Ces trois femmes, trop «poquées» pour s'intégrer au système, sont trop lucides pour se contenter de vivre dans la marge. Malgré une fin alambiquée, on se met à souhaiter qu'elles trouvent, enfin, le chemin de leur liberté.

Mise en scène avec aplomb par Luc Bouffard, la production vaut le détour surtout pour voir sur les planches trois nouveaux visages (l'acteur est plus faible) qui jouent avec conviction. Une mention spéciale à Kim Gourdeau qui incarne avec beaucoup de sensibilité le rôle de Mathilde.

***

Collaborateur du Devoir

À voir en vidéo