Théâtre jeunes publics - Un concert d'émotions crues

Questembert — C'est sous un crachin quotidien tout ce qu'il y a de plus breton que se déroule cette sixième édition de Festi'Mômes. Entassées en grand nombre dans les petites salles des communautés du Pays de Questembert, les familles ont toutefois la chance de se voir offrir une programmation encore une fois exceptionnelle qui repousse les frontières du théâtre pour les tout-petits.

Depuis notre rencontre de mardi dernier, plusieurs productions ont pris l'affiche, mais il faut surtout retenir la toute première création pour la petite enfance d'Eve Ledig et de sa compagnie Le Fil rouge: Embrasser la lune. Il s'agit en fait du rêve sans mots d'une petite fille qui dort mal. On ne peut pas vraiment parler d'un cauchemar puisque la petite (jouée par Marie-Anne Jamaux) passe en fait par toute la gamme des émotions; plaisir, colère, peur, rage, rire... jusqu'à ce qu'elle sorte de son rêve.

De ce rêve, on ne percevra que la présence presque fantomatique d'un personnage masculin (Luc Fontaine) qui ne semble être là que pour la mener à sortir de ses repères les plus familiers. Ce qu'elle fera en une sorte de grande explosion d'énergie en défaisant pièce par pièce le grand lit dans lequel elle est couchée. Le tout sur un fond musical lancinant (un lied de Schubert) chanté a capella par le personnage masculin. Et dans une scénographie intimiste et envoûtante où apparaissent parfois, sous des rideaux de brume, des ballons blancs en forme de lune. Rien d'autre: pas de mots, pas d'histoire, pas d'explications. Que de l'émotion pure traduite physiquement par la petite fille, qui trouvera la façon de grandir en domptant ce qui l'assaille.

Il faut voir les enfants de 18 mois réagir à ce genre de propositions! La petite salle de la commune de Lauzach était complètement médusée devant ce concert d'émotions crues. Les enfants ont pleuré, ont eu peur et se sont mis à rire avec le personnage devant eux comme s'ils arpentaient avec lui des chemins déjà connus. Ceux qui doutent encore que l'on puisse s'adresser à des publics aussi jeunes en exigeant autant des enfants en prendront pour leur rhume; malgré les pleurs et les frayeurs des tout-petits, aucun d'eux n'a quitté la salle. Bien au contraire, plusieurs attendaient en semblant souhaiter que tout recommence!

Avec Embrasser la lune, le théâtre pour bébés ne se contente plus de se servir des objets ou des couleurs du quotidien pour stimuler les petits spectateurs, il plonge carrément dans l'intime. On vient d'ouvrir là une grande porte... Notons aussi que le spectacle est d'autant plus émouvant qu'il fait aussi remonter chez plusieurs des adultes à qui j'ai parlé des parfums oubliés depuis longtemps. Bref, c'est une grande réussite pour Eve Ledig et son équipe, et l'on souhaite voir arriver chez nous ce petit chef-d'oeuvre le plus tôt possible.

Ailleurs, plus précisément du côté de Berric, on a revu les Allemands de la compagnie Florschütz&Döhnert dans Sommerflügel (Les Ailes de l'été), un délicieux spectacle pour les petits de deux à six ans utilisant le théâtre d'ombres et le théâtre d'objets. Encore ici, pas vraiment d'histoire ni de mots, mais plutôt une étonnante complicité entre les comédiens (Mélanie Florschütz et Michael Dohnert), qui réussissent à recréer cette relation hésitante entre les garçons et les filles en bas âge. Quelque chose qui tient d'abord au jeu, mais aussi à un territoire indéfini laissant beaucoup de place à la maladresse comme à la bravade et à la surenchère. Les enfants, et surtout les plus jeunes, se sont tordus de rire tout au long de la représentation. Une belle découverte, tout autant que leur Rawums qui a séduit tout le monde lors de l'ouverture du festival, il y a déjà une semaine.

Au cours des derniers jours, on a aussi pu revoir avec plaisir des spectacles dont on vous a déjà parlé de Méli'Môme: Brambory — une production remarquable qui sera à Petits bonheurs en mai —, Quand je me deux de AK entrepôt et Un petit tour... et puis revient de Cécile Bergamme. Difficile à croire, mais le temps est déjà presque venu de retraverser les grandes eaux... pour plonger dans le festival Coups de théâtre qui s'amorce lundi! À tout de suite.

***

Michel Bélair est en Bretagne à l'invitation de Festi'Mômes.