Mon Amérique à moi

À la découverte de l’Amérique profonde...
Photo: James Long À la découverte de l’Amérique profonde...

Le théâtre Replacement de Vancouver, dirigé par Maiko Bae Yamamoto et James Long, se produit pour une seconde année d'affilée au Festival TransAmériques. Il présente encore pour un soir seulement, à la Cinquième Salle, The Greatest Cities in the World, une pièce documentaire basée sur un séjour des membres de la troupe au coeur du Tennessee.

Partis à la découverte de l'Amérique profonde, les membres de la troupe ont glané des entrevues et réalisé des vidéos avec des citoyens de cet État du Midwest. Des femmes et des hommes colorés qui habitent des villes aux noms familiers: Paris, London, Rome, Athens, Moscow... Ce choix du Tennessee n'est sans doute pas innocent. C'est une région charnière du pays de Barack Obama, une frontière qui divise le Nord et le Sud, le passé raciste et le présent multiculturel, l'Amérique urbaine et rurale.

La pièce contient de bons moments avec ces témoignages qui illustrent le choc culturel entre les comédiens canadiens de diverses origines (asiatique, africaine, sud-américaine) et les habitants de ces bleds perdus, rarement confrontés aux étrangers. Or, malgré des discours réactionnaires et une apparence hostile, certains locaux peuvent faire preuve d'ouverture et de curiosité. On réalise que la religion, l'alcool ou le fanatisme sont des repaires contre la misère et l'aliénation de gens à qui la vie n'a jamais fait de cadeaux.

Par contre, le spectacle de 90 minutes emprunte trop de pistes, tant esthétiques que dramatiques. Et il ne lève pas vraiment. La mise en scène signée par Long et Yamamoto est très ludique et chorégraphiée. Ce qui met en évidence le penchant de la compagnie pour la performance, la multidisciplinarité; mais ça n'ajoute strictement rien au propos de la pièce. Au contraire, cette production à la scénographie et aux costumes très laids (ça frise le théâtre amateur) souffre d'éparpillement narratif, formaliste et dramatique.

Au final, The Greatest Cities in the World ressemble à un sympathique exercice de création, prémisse à une oeuvre encore inachevée. Et on se demande comment une telle pièce inoffensive peut se retrouver dans la programmation d'un festival international...

***

The Greatest Cities in the World
Par le Theatre Replacement, à la Cinquième Salle de la Place des Arts, le 11 juin.

***

Collaborateur du Devoir

À voir en vidéo