Saison 2011 - Le Théâtre d'Aujourd'hui en travaux

Le théâtre de la rue Saint-Denis fera peau neuve pour sa nouvelle saison, qui sera quelque peu retardée en raison de travaux  de rénovation.
Photo: Jacques Grenier - Le Devoir Le théâtre de la rue Saint-Denis fera peau neuve pour sa nouvelle saison, qui sera quelque peu retardée en raison de travaux de rénovation.

Le théâtre d'Aujourd'hui sera rénové cet automne et présentera ensuite trois pièces dans le cadre d'une saison écourtée. Trois pièces et autant de créations des auteurs Michel Marc Bouchard, Greg MacArthur et Wajdi Mouawad.

Le grand bouleversement a été annoncé hier par la directrice Marie-Thérèse Fortin. «Notre théâtre se refait une beauté», résume son communiqué. Les travaux échelonnés sur plusieurs mois vont permettre de reconfigurer le parterre de la salle de la rue Saint-Denis, à Montréal, mais aussi de construire une nouvelle salle de répétitions au-dessus de cet espace principal. Du coup, la petite salle Jean-Claude Germain pourra entièrement se consacrer aux productions de poche.

La saison régulière sera donc écourtée de sa portion automnale. Elle débutera le 11 janvier 2011 avec Tom à la ferme, la nouvelle création de Michel Marc Bouchard, dirigée par Claude Poissant. La documentation annonce une pièce sur le deuil amoureux et le mensonge.

La deuxième pièce au programme, Toxique, du jeune auteur anglo-québécois Greg Mac Arthur, traitera de «nos peurs contemporaines, de tout ce qui est étranger, des peurs latentes et inavouables alimentées par le sensationnalisme des médias». La pièce traduite par Maryse Warda sera mise en scène par Geoffrey Gaquère et mettra notamment en vedette Élise Guilbault et Guy Nadon. Elle prendra l'affiche en mars.

La troisième et dernière création, celle de Wajdi Mouawad, a pour l'instant pour titre deux points espacés entre deux crochets, ce qui donne concrètement: [. .]. La création au programme en avril et en mai sera en effet engendrée en groupe, dans les prochains mois, avec des artistes du Québec, de la France et de la Russie. Wajdi Mouawad a toutefois précisé vouloir traiter d'un choc, d'«un état d'ébranlement inextinguible» et aussi d'une «quête de l'Autre, encore et toujours dans sa plus totale humanité».

La saison de la Salle Jean-Claude Germain sera aussi écourtée avec seulement cinq productions. Cette programmation «émergente» s'organisera autour de textes signés par Sébastien David, Simon Boudreault, Benoît Paiement et Bernard Dion, Sarah Berthiaume et Sébastien Dodge. On se renseigne sur tout ça sur le site de l'institution entièrement consacrée à la dramaturgie contemporaine québécoise (theatredaujourdhui.qc.ca).