Théâtre - Une signature théâtrale d'exception

De Cet enfant, spectacle de Joël Pommerat présenté à Espace GO en novembre dernier, on retenait l'actualité du propos sur la famille servi et filtré par un langage théâtral singulier, mélange d'envoûtement et d'étrangeté. Pour ce second voyage au Québec en moins d'un an, la compagnie Louis Brouillard nous offre maintenant Les Marchands, une production que la directrice artistique Marie Gignac tentait d'inscrire à la programmation du Carrefour de théâtre de Québec depuis trois ans. La signature unique de Pommerat et de son équipe s'appose ici sur un objet découlant d'une réflexion sur le travail et comment celui-ci oriente parfois insidieusement notre système de valeurs.

Une narratrice nous raconte en voix hors champ sa relation amicale avec une voisine qui habite avec son fils adolescent un grand appartement vide. Cette mère, sans boulot, croule sous les dettes, ce que déplore son amie qui dit se réaliser pleinement dans son activité professionnelle à l'usine, qui emploie également une bonne partie de la population de leur petite ville de province. À travers l'affaissement physique de l'employée forcée de porter un corset orthopédique et la désintégration mentale de la chômeuse qui prétend communiquer avec les morts, le portrait d'une petite communauté se dessine.

Ainsi décrite, la pièce semble relever d'une approche purement sociale ou documentaire. Ce serait sans compter sur le traitement théâtral de Joël Pommerat, qui travaille en collaboration avec un groupe d'acteurs et de concepteurs très fidèles. En plus de la voix principalement préenregistrée de la comédienne Agnès Berthon qui se charge du récit, l'environnement sonore se compose de rares répliques prononcées par les acteurs, de bribes de conversations sur bande rendues incompréhensibles par le montage, de chansons populaires et de pièces instrumentales.

Les éclairages d'Éric Soyer créent pour leur part de fascinants effets de contre-jour qui laissent bien souvent le visage des interprètes dans la pénombre. Entre ces huit silhouettes qui se meuvent dans un espace épuré, le paysage sonore et ses nombreux décalages ainsi que le point de vue, nécessairement subjectif, de la narratrice, les créateurs ménagent des zones d'incertitude qui permettent d'éviter le prêchi-prêcha et de confronter les points de vue sur un thème d'une brûlante actualité.

Le théâtre de Pommerat n'appelle pas à l'identification au personnage, mais construit davantage des couches de sens à travers lesquelles on en vient à réévaluer notre propre rapport au monde. Grâce à ce théâtre d'ombres et de lumières orchestré et joué avec une précision remarquable, la compagnie Louis Brouillard propose une expérience qui se garde bien de fournir des réponses toutes faites, restant ainsi ouverte à l'imagination du spectateur.

Collaborateur du Devoir

***

Les marchands

Texte et mise en scène: Joël Pommerat. Une coproduction de la compagnie Louis Brouillard (France) et de différents partenaires français présentée au Théâtre de la Bordée dans le cadre du Carrefour international de théâtre de Québec jusqu'au 13 juin.

À voir en vidéo