Théâtre - Un document richement enluminé

Ce solo, créé en septembre dernier au Théâtre du Trident à Québec, vient finir sa course en ce début du mois de juin au TNM après une tournée française.
Photo: Ce solo, créé en septembre dernier au Théâtre du Trident à Québec, vient finir sa course en ce début du mois de juin au TNM après une tournée française.

Les lettres et journaux de Marie de l'Incarnation, née Marie Guyart (1599-1672), constituent un document d'époque important sur la vie de la colonie en Nouvelle-France doublé d'un portrait de femme assez captivant. La fondatrice du couvent des Ursulines de Québec connut plusieurs épisodes mystiques où ses rapports avec le Christ, d'une rare intensité, revêtent dans ses écrits un caractère fortement sensuel. Le travail théâtral effectué par Lorraine Pintal et son équipe autour du texte établi par le cinéaste Jean-Daniel Lafond et la comédienne Marie Tifo relève d'une enluminure qui, au-delà de la simple décoration, enrichit et met en valeur les mots d'une Marie et les gestes d'une autre.

Le choix des textes, parmi les milliers de lettres que la femme d'église envoya notamment à son fils Claude resté en France, permet de mettre au jour les ambivalences de cette figure d'exception, tout en restant dans un grand respect du sujet. Par exemple, si Marie de l'Incarnation participa à la grande mission éducative des nations indigènes, forme de destruction culturelle motivée par la foi, ses travaux sur les langues iroquoises et algonquines témoignent de son intérêt pour ces gens et de sa volonté d'échanger avec eux.

Marie Tifo défend cette partition avec énormément de grâce. Sa mise en chair de la religieuse passe par la vivacité de l'enfance, la douleur de se voir veuve et mère à 19 ans, l'enthousiasme de participer à l'aventure coloniale tout en sauvant des Sauvages et, bien sûr, cet amour de Dieu qui s'empare du corps pour toucher au sublime. L'aplomb de l'interprète permet notamment une livraison de la matière épistolaire et littéraire qui, sans tomber dans l'ostentatoire, porte en elle une belle solennité.

L'appareil scénographique conçu par Michel Gauthier est constitué d'un plateau rond inclinable où sont posées quelques caisses, à la fois coffres, lits et bancs. Une utilisation parcimonieuse des éléments comme l'eau et le feu introduit dans la représentation une riche symbolique, très chrétienne, de purification et de destruction.

Ce solo créé en septembre dernier au Théâtre du Trident à Québec et qui vient finir sa course en ce début du mois de juin au TNM après une tournée française représente donc une occasion de découvrir une femme étonnante à l'écriture remplie de ferveur et de poésie. Humble, Marie Tifo porte le spectacle sur ses épaules grâce à un investissement qui rejoint presque celui de son personnage pour l'oeuvre du Créateur.

*****

La Déraison d'amour

Texte: Marie de l'Incarnation, adapté par Jean-Daniel Lafond et Marie Tifo. Mise en scène: Lorraine Pintal. Une coproduction du Théâtre du Trident et du Théâtre du Nouveau Monde présentée au TNM jusqu'au 13 juin.

À voir en vidéo