Temps d'arrêt

SOS, du Big Art Group. Photo: Stephen Winter
Photo: SOS, du Big Art Group. Photo: Stephen Winter

C'est un peu gênant de ne pas avoir trouvé le temps et l'espace pour vous en parler, mais la quatrième édition de Temps d'images tire à sa fin. C'est triste.

C'est bête même, parce que le festival ancré à l'Usine C est la tête de pont d'un réseau qui s'étend à travers toute l'Europe (France, Allemagne, Portugal, Lettonie, Pologne, Hongrie). Cette année s'y ajoutaient des compagnies new-yorkaises — et même une italienne! — s'amusant, elles aussi, à remettre en jeu les règles et les cadres de la représentation.

En peu de temps, Temps d'images sera devenu une sorte de plongée en eaux troubles, un temps d'arrêt permettant de faire le point sur les nouvelles formes. Sur ces nouveaux champs d'exploration qui émergent un peu partout et qui combinent la plupart du temps les arts visuels, la danse, la musique, le «spoken word», le théâtre et le cinéma.

Dans SOS, par exemple, du Big Art Group que l'on avait vu au festival en 2006 et que l'on peut voir encore ce soir, cela devient une remise en question permanente de... tout. Le groupe new-yorkais réunit sur sept écrans des personnages qui ne se parlent et ne s'adressent à nous que par l'entremise de caméras. Sur un fond sonore hallucinant et dans des formes, disons, étonnantes, des créatures tout aussi innommables que ridicules crient le vide dans lequel vivent aujourd'hui les hommes. On en reste givré sur son fauteuil...

Mais Temps d'images ne fait pas que nous donner l'occasion de prendre le pouls des démarches de pointe, il est aussi un puissant émulateur pour les créateurs d'ici. Le récent spectacle de Daniel Danis (Kiwi) par exemple, qui fréquente la mouvance du festival, s'inspire directement de ces questions. La programmation fait en plus généreusement appel à nos performeurs, «installationistes» et expérimentateurs en tous genres. Ils proposent toute la journée, ce samedi, dans les divers espaces de l'Usine C, une série de projections et des oeuvres installées de façon telle que vous ne pourrez les manquer. Plus tard ce soir, dans le cadre de Nuit blanche, le festival met au programme une deuxième production du Big Art Group, Actions.

***

Temps d'images

À l'Usine C

À voir en vidéo