Théâtre jeunes publics - Ceux-là...

La comédienne Stéphanie Kym Tougas reprend le personnage troublant de la pièce Cette fille-là à la Maison Théâtre. Photo: François Dufresne
Photo: La comédienne Stéphanie Kym Tougas reprend le personnage troublant de la pièce Cette fille-là à la Maison Théâtre. Photo: François Dufresne

C'est la troisième production différente de Cette fille-là de Joan MacLeod que nous voyons passer à Montréal en moins de cinq ans. Après Sophie Cadieux qui avait créé ici le rôle de la jeune Braidie à La Licorne il y a quelques années et le très court passage de la version anglaise (The Shape of a Girl) du Green Thumb Theatre de Vancouver en 2005 sur la rue Ontario, c'est une jeune comédienne remarquable, Stéphanie Kym Tougas, qui reprend ce personnage troublant à la Maison Théâtre jusqu'au milieu de la semaine prochaine. Et de toutes ces versions, celle mise en scène par Joël Beddows est certainement une des plus percutantes et des plus justes.

Une des plus risquées, faudrait-il tout de suite ajouter, parce que la production s'adresse de façon spécifique à un public adolescent. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que ceux que j'ai vus remplir la Maison Théâtre à pleine capacité jeudi matin auraient en fait pu décourager n'importe qui. Je n'ai jamais vu une salle aussi éteignoir, aussi «poche», pour employer le langage des ados. Alors que la pièce traite précisément de taxage émotif et de cette petite violence quotidienne de l'école et de la rue, alors qu'elle met en relief dans une langue claire, drue, sans fard et sans zozotements, ces petites escalades dans l'affrontement qui mènent à commettre des gestes irrémédiablement déshumanisants, on réagissait dans la salle comme... je me calme... disons... des désaxés émotifs. Éclats de rire aux moments les plus tragiques, rots, bruits de faux pets et autres subtilités du même genre ont ponctué quelques-uns des moments les plus forts de la production. De quoi avoir honte d'être assis dans la même salle, sans possibilité d'intervenir, de crainte de détruire le fragile équilibre de l'attention minimale! M'enfin...

On veut bien accepter que le malaise se manifeste de diverses façons et que les ados réagissent avec les moyens qu'ils ont l'habitude d'utiliser pour désamorcer les situations tendues, mais il n'empêche que quelques pauvres imbéciles auront réussi à entacher une expérience et une rencontre exceptionnelles avec un texte et une comédienne remarquables. Triste...

***

Cette fille-là

Texte: Joan MacLeod. Traduction: Olivier Choinière. Mise en scène: Joël Beddows. Avec Stéphanie Kym Tougas. Une coproduction du Théâtre de la Catapulte et du Théâtre de la Seizième présentée à la Maison Théâtre jusqu'au 20 mars. Public visé: tous à partir de 12 ans. Durée: une heure quinze.