Saison 2002-03 du Quat'Sous - Creuser la ligne du risque

Il y a plusieurs façons de présenter la prochaine saison du Théâtre de Quat'Sous, mais celles-ci mettent toutes en relief l'audace et la volonté profonde de son directeur artistique, Wajdi Mouawad, d'inscrire son théâtre dans la ligne du risque, de la création et de la recherche. Commençons par le plus simple. La saison 2002-03 du petit théâtre de l'avenue des Pins comptera trois spectacles. Ainsi, Les cyclones sont aussi dans les têtes, d'Éric Jean et Pascal Brullemans, prendra l'affiche du 21 octobre au 23 novembre dans une mise en scène d'Éric Jean. Suivra, du 13 janvier au 15 février, Au bout du fil, d'Évelyne de la Chenelière, qui sera mis en scène par Daniel Brière. Finalement, du 3 mars au 15 avril, Ze Bouddha's show, d'Étienne Tanah, dans une mise en scène de Pascal Contamine, viendra clore une saison écourtée pour cause de rénovations... qui n'auront finalement pas lieu avant 2003-04, et peut-être plus tard. D'avril à juin, le théâtre accueillera probablement des spectacles du Festival de théâtre des Amériques (FTA), mais la chose n'est pas encore confirmée à 100 %.

On reprend dans une perspective plus large. À titre de directeur artistique, Wajdi Mouawad voulait cette troisième saison en continuité des deux précédentes: après avoir amorcé un voyage vers l'Amérique en 2000, la saison qui s'achève avec Fleuves profonds s'interrogeait sur les mythologies propres au continent. Pour la saison qui vient, Mouawad a voulu donner la parole à des Québécois qui s'interrogent sur ce que le Québec apporte de particulier au continent américain. Il a donc fait appel à trois jeunes de sa génération et leur a donné carte blanche en leur expliquant le sens général qu'il voulait donner à la saison. Cela donne une production dont le thème central est le rêve et l'imaginaire avec Les cyclones sont aussi dans les têtes, une création collective qui prend forme autour et à cause d'un décor, comme l'expliquait Éric Jean en conférence de presse. Cela donne une autre production qui s'interroge sur la mémoire (Au bout du fil, d'Évelyne de la Chenelière, mettra en scène 11 personnages dont on ne sait absolument rien sauf que Jean-Pierre Ronfard, Jacques L'Heureux, Igor Ovadis, Paul Savoie, Michelle Rossignol et plusieurs autres feront partie de la distribution). Enfin, cela en donne une troisième qui tourne autour de la mort, Ze Bouddha's show, d'Étienne Tanah, racontant une histoire absolument abracadabrante dans laquelle Bouddha anime un talk-show et reçoit le cent milliardième mort de l'histoire de l'humanité.


Deux des trois spectacles sont des coproductions. Les cyclones sont aussi dans les têtes est coproduit par Persona Théâtre, la compagnie d'Éric Jean, et Ze Bouddha's show, avec le Centre international de recherche et d'action artistique multimédia (CIRAAM) dirigé par Pascal Contamine — on pourra lire une entrevue avec lui dans notre cahier Culture du week-end à propos de son Five Wolf Deavtov Circus, qui vient de prendre l'affiche au théâtre La Chapelle.


Lors de la rencontre avec les médias autour de larges plateaux de fruits frais, le directeur artistique du Quat'Sous révélait aussi une foule de petits détails intéressants. En vrac, c'est ainsi qu'on a appris que Les cyclones sont aussi dans les têtes sera créé dans le décor qu'on installera dès le mois d'août. Les comédiens (Dominic Anctil, Muriel Dutil, Anne-Sylvie Gosselin, Dominique Quesnel, Isabelle Lamontagne, Gaétan Nadeau et Sacha Samar) ne savent toujours absolument rien de ce décor sur lequel et à partir duquel ils vont créer le spectacle pendant plus de deux mois. De la même façon, les 11 personnages d'Au bout du fil pourraient tout aussi bien être des vieillards ou des enfants ou des Noirs ou des femmes... Quant au mort invité au Ze Bouddha's show, sa situation devient rapidement précaire quand on apprend qu'il s'est suicidé. Voilà ce qui arrive quand on donne carte blanche à des gens qui s'amusent à repousser les frontières du théâtre.