La saison de Champagne, Lepage et Dubois à Québec

Au cours des dernières semaines, les trois principaux théâtres de Québec en ont profité pour dévoiler le contenu de la saison 2002-03. Encore une fois, des noms reviennent et finissent par s'imposer. Ainsi, le metteur en scène Gill Champagne sera de passage à la fois au Trident, au Périscope et à La Bordée. De plus, la collaboration entre Robert Lepage et Sophie Faucher pour Apasionada s'arrêtera enfin dans la Vieille Capitale au printemps 2003. Encore mieux, le jeune et très doué Frédéric Dubois signera une nouvelle mise en scène à La Bordée pour ensuite reprendre son excellente adaptation de Zazie dans le métro au Périscope.

Au Trident

Pour la directrice artistique du Trident, Marie-Thérèse Fortin, la prochaine saison théâtrale tournera surtout autour du rapport entre l'humain et la société. Une programmation nourrie de sens comme de parole. En ouverture, elle a fait appel au grand Jean-Pierre Ronfard pour adapter et mettre en scène Vis Comica de Plaute, qui représente une sorte d'archétype de la comédie moderne. Ce texte de l'Antiquité gréco-latine tourne autour de la relation tumultueuse entre un esclave-valet beaucoup plus malin que son maître, avec Jean-Jacqui Boutet de nouveau complice dans ce retour de Ronfard au Trident. Toujours au même endroit, à partir du début novembre, Martin Faucher reprendra La Reine de beauté de Leenane, du jeune dramaturge irlandais Martin McDonaugh. Ce spectacle, qui avait connu beaucoup de succès lors de sa création à la Licorne à l'automne 2001, est le premier volet de la trilogie de Leenane, où l'essence du drame familial rejoint la comédie noire.

Après la pause des Fêtes, ce sera au tour de Marie-Josée Bastien d'entreprendre la deuxième moitié de saison avec la version féminine de la pièce de Hristo Boytchev, Le Colonel et les Oiseaux. Une histoire troublante dans un asile des Balkans, alors que cinq femmes à l'esprit dérangé chercheront une forme de salut grâce aux soins comme aux ordres d'un bien étrange colonel. Pour les débuts de Victor Hugo au Trident, Marie-Thérèse Fortin a confié le drame Marie Tudor à Gill Champagne. Dans le rôle de la fille d'Henri VIII, nulle autre que Lorraine Côté. De quelle manière le duo Champagne-Hazel présentera-t-il ces intrigues royales à la cour d'Angleterre? À surveiller. Par la suite, Bertrand Alain sera aux commandes du chef-d'oeuvre comique de Molière, Le Malade imaginaire. Pour incarner Argon dans cette comédie hilarante, on fera appel à Jacques Leblanc.

À la Bordée

Pour sa sixième année à la barre du Théâtre de la Bordée, Jack Robitaille décide d'ouvrir la saison avec un Shakespeare. Un risque énorme! Dans une traduction en québécois par Michel Garneau, Macbeth sera sans doute haut en couleur grâce à l'apport habituellement ludique de Frédéric Dubois. Dès la fin octobre, c'est au tour du théâtre Les Enfants Terribles de s'installer dans la nouvelle salle de la rue Saint-Joseph pour une adaptation du film Impromptu, réalisé par David Lapine. L'énergie des débuts du romantisme, revue et corrigée par Marie-Josée Bastien avec l'aide d'Érika Gagnon. Avant de présenter son Hugo au Trident, Gill Champagne dirigera Jean-Sébastien Ouellette dans Le roi se meurt d'Eugène Ionesco. Une tragicomédie de l'absurde où l'on contemple la mort de près. En mars, après ses débuts au Quat' Sous et ses quelques visites à l'étranger, Apasionada, qui retrace la vie de la fougueuse Frida Kahlo, terminera la saison. Une grande fête des sens avec la rencontre exceptionnelle de Sophie Faucher et de Robert Lepage. Il faudra faire vite pour les billets.

Au Périscope

Au Périscope, la programmation commence par le résultat d'un échange entre la Suisse et le Québec. Un auteur et un metteur en scène suisses, Jean-Daniel Magnin et Philippe Morand, ainsi que des interprètes québécois s'unissent pour présenter Léviathan Coccyx, histoire grotesque et pathétique d'une figure emblématique de la tyrannie qui rappelle une sorte d'Ubu moderne. Suivra une production interprétée par des comédiens suisses et orchestrée par Gill Champagne de la pièce Le vrai monde? de Michel Tremblay. On se souviendra de la vision très percutante que Champagne avait signée, il y a deux ans, d'À toi, pour toujours, ta Marie-Lou au Trident. Peut-on s'attendre à la suite logique de cette approche très personnelle?

Début novembre, Philippe Soldevila se penchera sur une véritable quête d'identité de l'auteur Herménégilde Chiasson, une pièce qui a pour titre Pour une fois, une grande métaphore de l'histoire acadienne en 14 tableaux. Premier texte de François Létourneau, comédien et auteur originaire de Québec, Stampede renvoie à un voyage énigmatique aux accents western. Une fable moderne à l'humour insolite dans une mise en scène de Claude Poissant. Début janvier, Comme une bouchée de petits cailloux propose un audacieux collage de quatre nouvelles librement adaptées pour la scène par des finissants de la promotion 2000 du Conservatoire d'art dramatique de Québec. Un autre projet sous la gouverne de Marie-Josée Bastien. Le mois suivant, Frédéric Dubois et les artisans du Théâtre des Fonds de Tiroirs reprennent le mémorable Zazie dans le métro. Une comédie de François Archambault, Les Gagnants, doit aussi prendre l'affiche au Périscope en mars dans une mise en scène de Véronika Makdissi-Warren. Une satire sociale qui dépeint les travers d'une poignée de jeunes adultes. Finalement, en avril, le Théâtre Niveau Parking et Michel Nadeau se relancent dans la création collective avec Lentement la beauté. Une création qui s'interroge à savoir si l'art peut encore changer quelque chose dans notre vie. Un programme plutôt chargé en perspective.