Occupation totale au CNA

Quand Denis Marleau passe quelque part, on s'en rend compte. On le savait déjà par les oeuvres et les répertoires qu'il explore depuis une vingtaine d'années déjà; on le saura désormais aussi par le sérieux avec lequel il peut aussi jouer son rôle de directeur de compagnie. À sa deuxième saison au Centre national des arts d'Ottawa, la première dont il soit en fait totalement responsable, Denis Marleau fait prendre au Théâtre français du CNA rien de moins qu'un virage radical. Tout en présentant pas moins de 15 spectacles, le Théâtre français de Marleau redevient en effet une compagnie de production après avoir d'abord été un roadhouse, une salle d'accueil pour des spectacles produits ailleurs.

Trois productions maison prendront l'affiche: en octobre, La Dernière Bande, de Beckett, sera mise en scène par Marleau qui montera aussi, dans la série Théâtre cette fois, Quelqu'un va venir du Norvégien Jon Fosse en novembre, alors que Brigitte Haentjens montera elle L'Éden cinéma de Marguerite Duras, en mai 2003. Gabriel Gascon tiendra le rôle de Krapp dans le Beckett, Pierre Lebeau, Alexis Martin et Pascale Montpetit composeront l'étrange trio de Quelqu'un va venir et L'Éden cinéma fera appel, en autre, à Pascal Contamine, Paul Savoie et Christiane Pasquier. Dans cette même série Studio, le Théâtre français présentera aussi Jimmy, créature de rêve de et avec Marie Brassard (début décembre) et, en mars cette fois, Inventaires, un texte de Philippe Minyana mis en scène et interprété par Marie-Josée Bastien, Sylvie Cantin et Marie-Thérèse Fortin.

Dans la série Théâtre qui continue à tisser des complicités avec les producteurs de spectacles, on pourra voir L'État des lieux de Michel Tremblay mis en scène par Brassard, en septembre (avec le TNM); La Vis Comica, une comédie de Plaute traduite du latin et mise en scène par Jean-Pierre Ronfard, en février 2003 (avec Le Trident); Unity, mil neuf cent dix-huit, du Canadien Kevin Kerr, mis en scène par Claude Poissant (en mars 2003, avec le Théâtre PàP); et en mai 2003, avec le Rideau-Vert, un Trio Feydeau mis en scène par Brigitte Haentjens. Ce sera d'ailleurs l'année Brigitte Haentjens au CNA puisqu'elle signera aussi une troisième mise en scène, celle de La Nuit juste avant les forêts de Bernard-Marie Koltès, dans la série Les Inclassables cette fois.

Mais ce n'est pas tout. Pour la prochaine saison, le Théâtre français du CNA a aussi décidé de "muscler" sa programmation jeunesse. Six spectacles seront offerts aux enfants: Château sans roi de Joël da Silva, une production de l'Avant-Pays, début novembre (pour les enfants de 4 à 7 ans); La Félicité de Simon Boudreault, produite par le Théâtre de l'OEil pour les enfants de 7 à 11 ans; Le temps court, Marithé de François-Étienne Paré, une production du Théâtre du p'tit loup (4 à 7 ans); Le Capitaine Horribifabulo de Simon Boudreault et Geneviève Simard produit par le Théâtre des Ventrebleus (en janvier 2003, pour les 7 à 11 ans); Contes-Gouttes de Louise Bombardier (Théâtre des Confettis, pour les 4 à 7 ans); et, en mai 2003, le très attendu Deux pas vers les étoiles de Jean-Rock Gaudreault qui nous avait donné l'inoubliable Mathieu trop court, François trop long, en coproduction avec Les Gens d'en bas et Les Coups de théâtre (pour les enfants de 7 à 11 ans).

Si vous rajoutez à cela Les Midis Victor Hugo, une série de trois mises en lecture sur le personnage gigantesque d'Hugo proposée par Paul Lefebvre, les classes de maître des Laboratoires du Théâtre français et Les Cahiers du Théâtre français, qui en sont déjà à leur deuxième année, vous aurez une bonne idée de l'air que peut déplacer un personnage comme Denis Marleau...