Repêchages et prolongations au théâtre Périscope

Québec — La programmation 2007-08 du Périscope repose sur un heureux mélange de textes étrangers, de créations québécoises et de pièces à succès qui méritaient tout à fait de se rendre en prolongation.

C'est le cas notamment du décapant Show d'vaches au Bitch Club Paradise, qui revient pour la troisième année, durant le temps des Fêtes. Toujours dans le registre animalier, mentionnons le retour d'On achève bien les chevaux. Inspirée d'un roman de Horace McCoy traitant d'un marathon de danse, la mise en scène de Marie-Josée Bastien avait séduit le public comme les critiques l'automne dernier. Enfin, de Montréal, on a eu la bonne idée de reprendre King Dave, l'époustouflant solo d'Alexandre Goyette sur la délinquance.

De l'extérieur, les textes d'intérêt ne manquent pas non plus. D'abord, le Théâtre Niveau Parking s'attaquera à Corps et âme (Body and Soul) du Canadien anglais John Mighton, à qui l'on doit le touchant Half Life, présenté aux Théâtres d'ailleurs en 2005, ainsi que le texte à l'origine du film de Robert Lepage Possible Worlds. La comédienne Véronika Makdissi-Warren prendra en charge la mise en scène de cette histoire de nécrophilie et d'amours virtuelles traduite par Fanny Britt.

Ah, ces Irlandais!

Ici comme à l'autre bout de l'autoroute 20, la dramaturgie irlandaise trouve beaucoup d'écho avec deux oeuvres au programme: Frank, le garçon boucher de Patrick McCabe (auteur de Breakfast on Pluto) dans une mise en scène du Belge Michael Delaunoy, et Tête première de Mark O'Rowe (Howie le Rookie), une production du Théâtre de la Manufacture.

Fidèle à son engagement envers la nouvelle dramaturgie, le Périscope nous offre en outre plusieurs créations de Québec. On y verra notamment le déroutant C.H.S. de Christian Lapointe, qui sera bientôt lancé au Festival TransAmériques. L'auteure Isabelle Hubert nous revient, elle aussi, avec À tu et à toi, qui traite des rêves d'adolescents d'un groupe dans la trentaine.

Le Périscope ouvre aussi ses portes aux clowns de la compagnie le Soucide Collectif et à leur spectacle Quand le sage pointe la lune, le fou regarde le doigt. Mise en scène par le professeur à la retraite Marc Doré, grand manitou du Conservatoire de Québec, la pièce a déjà fait un passage remarqué chez Premier Acte.

Dans un registre plus épuré, la comédienne Sylvie Cantin se commettra dans un solo intitulé Histoires d'hommes, dans lequel une femme voit défiler les hommes qui ont marqué sa vie. Enfin, le metteur en scène Philippe Soldevila s'attaquera à un classique de l'âge d'or du théâtre espagnol, Le Magicien prodigieux de Calderon de La Barca, une comédie philosophique sur le combat entre l'amour et la foi chrétienne.

À voir en vidéo