Théâtre - Plongeon dans une vie insoupçonnée

Marie Dumais dans Bestiario
Source: Claudel Huot
Photo: Marie Dumais dans Bestiario Source: Claudel Huot

On rencontre parfois des objets théâtraux dont la forme originale appelle l'imaginaire et l'ouverture sur des mondes insoupçonnés. Bestiario est sans l'ombre d'un doute un de ceux-là. Basé sur les textes de l'Espagnol Javier Tomeo, ce petit bestiaire glisse à hauteur de sol pour raconter l'impitoyable et fascinant univers des insectes.

Javier Tomeo, dont les oeuvres traduites par Denise Laroutis sont publiées chez l'excellent éditeur José Corti (où loge notamment Julien Gracq), propose un chapelet de courtes chroniques relatant des vies d'insectes. Pour l'occasion, Marie Dumais a retenu une vingtaine de textes explorant les caractéristiques et les pulsions de ces petits êtres. En accord avec le genre du bestiaire, ce projet propose un écho vibrant de notre humanité. Comme autant de métaphores de la condition humaine, les pucerons, les monarques, la mante-fleur ou encore l'araignée permettent à la créatrice de mettre en lumière nos passions, nos désirs et nos incohérences.

Plus près de la performance multimédia que de l'oeuvre théâtrale classique, ce bestiaire est enveloppé d'un impressionnant cocon de sons et d'images. L'univers audio créé par Tristan McKenzie plonge les spectateurs dans le monde étrange de Bestiario. Faite d'ambiances organiques et de paysages musicaux inquiétants, cette trame sonore convaincante entoure les êtres rencontrés d'un doux voile leur conférant une dimension quasi féerique. Il en va de même des projections de Lionel Arnould. Présente dans presque tous les tableaux, la vidéo propose un véritable dialogue avec le corps de la comédienne. Il en résulte des images à la fois belles et dérangeantes, comme les bestioles dont il est question.

Au coeur de cet univers, il y a la déroutante Marie Dumais. À la fois reine et ouvrière, elle guide les moindres soubresauts de ce spectacle solo dont elle est également l'interprète. Maquillée et coiffée magnifiquement par Nathalie Simard, la comédienne démontre une grande maîtrise du jeu corporel. De la chrysalide à la fourmi en passant par la mouche, elle se glisse avec beaucoup de sensualité dans la peau de chacun des insectes conviés au spectacle. Grâce à une narration sur bande et à des interventions sur scène, Marie Dumais donne également une voix à ses personnages. Il faut admettre que le fait de trouver le ton juste pour accorder le texte de Tomeo à l'univers des insectes relève de l'exploit, dont l'interprète s'acquitte généralement avec beaucoup de maîtrise.

Collaborateur du Devoir

***

Bestiario

Texte: Javier Tomeo. Mise en scène: Marie Dumais. Présenté par Instant Zéro. À la Caserne Dalhousie jusqu'au 19 novembre.