Théâtre - Le public du TNM conquis par le Projet Andersen

Avant que le rideau ne se lève sur sa 55e saison, le Théâtre du Nouveau Monde (TNM) a jeté hier soir un dernier regard en arrière, le temps pour ses abonnés de saluer les artistes qui ont touché leur coeur l'an dernier. Ceux-ci ont réservé une place de choix au Projet Andersen de Robert Lepage, lui accordant cinq de leurs sept prix Gascon-Roux.

Sans surprise sinon pour l'artiste lui-même qui s'est dit «touché» par tant d'égards, le prix de la mise en scène a été décerné à Robert Lepage pour sa pièce librement inspirée de la vie de l'auteur de contes pour enfants Hans Christian Andersen. Les abonnés du TNM ont aussi été sensibles à la performance de cet acteur singulier qui manie avec doigté l'ironie et l'autodérision. Il lui ont réservé leur prix de l'interprétation masculine le laissant pantois: «Je suis "flabergasté", c'est mon premier prix d'interprétation!».

La pièce, qui raconte la perte des illusions d'un parolier répondant à une commande de l'Opéra Garnier, a aussi reçu le prix de la conception de décor et celui de la conception d'éclairages, succès que Robert Lepage a tenu à partager avec son équipe. Les abonnés ont tenu à saluer l'excellence du travail de Jean-Sébastien Côté qui signe la conception sonore de cette pièce qui a beaucoup voyagé, notamment à Paris, Londres, Copenhague et Sydney.

Les deux derniers prix Gascon-Roux — en hommage aux comédiens Jean Gascon et Jean-Louis Roux, deux des fondateurs et directeurs artistiques du TNM — sont allés au délicieux Malade imaginaire mis en scène par Carl Béchard.

Les abonnés ont ainsi décerné leur prix d'interprétation féminine à Pascale Montpetit qui a dit s'être beaucoup amusée en prenant les traits de la rusée et espiègle soubrette Toinette. Ils ont aussi souligné la finesse et l'inventivité de Marc Senécal qui a dessiné les costumes flamboyants de cette production pétillante que l'on pourra revoir en décembre au TNM et un peu partout au Québec, en mars.

Le prix de la relève Olivier Reichenbach, institué en 2001 pour souligner le talent d'un artiste de la relève, a finalement été remis à la comédienne Bénédicte Décary pour son interprétation d'Angélique dans ce même Malade imaginaire, décidément près du coeur des abonnés.