À voir à la télévision le jeudi 9 juin - Chanteuse de « chansons »

Cela commence très fort. Au bout de trois minutes, on nous apprend que l'on voit à l'écran Maureen Forrester interpréter «une chanson» de Schubert, An die Musik, le terme «chanson» étant repris trois fois. Même dans La Musique classique pour les nuls on n'utilise pas le terme «chanson» pour qualifier une mélodie ou un lied de Schubert! Par la suite, on entend parler de «Cassals», de «Zerkin» et, évidemment, évoquer «le» Dialogue des carmélites de Poulenc. Sic transit...

Si l'on met à part le commentaire, le documentaire de Donald Winkler (2000), traditionnel et efficace, offre un parcours chronologique divertissant de la vie de l'alto montréalaise. Que de progrès accomplis depuis cet extrait de radio de 1951 où on entend, comme le souligne le pédagogue Bernard Diamant, une voix qui part dans tous les sens. Témoignage précieux d'ailleurs que celui de Diamant, à travers lequel on comprend à quel point un professeur intelligent peut faire d'une «voix» une «chanteuse».

Cette chanteuse semble avoir été largement sauvée par sa sincérité et son intuition, elle qui apprit l'Urlicht de la 2e Symphonie de Mahler dans l'avion qui l'amenait à New York, où elle rejoignait Bruno Walter pour un concert et un enregistrement! Cimenté par de nombreuses considérations familiales, ce à quoi on s'intéressera plus ou moins, le documentaire n'aborde évidemment pas la question de savoir pourquoi une voix aussi peu marquée par de grands rôles à l'opéra a pu s'avérer si peu pérenne. Pour faire oublier le manque d'analyse et de témoignages de grande valeur (à part ceux de Bernard Diamant et de Zubin Mehta), les archives de Radio-Canada, nombreuses, cimentent très bien la chose.

Documentaire canadien / Maureen Forrester
TV5, 21h30