Musique - Démocratie électronique sur l'herbe

La météo n'a fait que retarder l'inévitable. Avec l'été reviennent les Piknics électroniks. Il y a bien eu le Piknic des neiges, la Nuit électronik, et même la Cabane à sucre électronik, en plus des séances exploratoires à Mont-Tremblant, mais les Piknics électroniks tels qu'on les connaît reviennent pour une troisième année et retrouvent leur site enchanteur de l'île Sainte-Hélène, sous le stabile de d'Alexander Calder. Le but reste le même: faire découvrir les différentes déclinaisons en musique électronique, à l'abri de l'essoufflante vie nocturne.

Après un premier dimanche annulé à cause du temps peu clément il y a deux semaines, un premier jour dominical a pu être réussi la semaine dernière. Cette semaine, les Piknics font équipe avec l'événement Mutek, pour la première d'une série de plusieurs collaborations inédites avec des étiquettes montréalaises. Mutek ouvre le bal de ces duos électroniques, puis les amateurs seront gavés de soleil et de la musique des artistes des étiquettes Ninja Tune, Turbo, Musique risquée, Trigger et Iturnem.

Plus de 20 000 participants se sont trémoussés aux sons des musiques électroniques l'an dernier, donnant un surplus d'âme à un lieu dont le génie est bien nanti. La mission des Piknics reste la même au fil des ans. Selon le porte-parole de l'événement, Nicolas Cournoyer, pas question de changer la formule, plutôt une disposition d'esprit, à l'entendre. «On essaie de faire découvrir des styles de musique chaque week-end. On est conscients que les Piknics ont pris de l'ampleur, mais on veut en garder l'esprit.»

L'an dernier, plus de 1000 personnes par événement, en moyenne, se sont pointées sur les lieux, alors que les Piknics touchaient un plafond de 300 personnes la première année. «On veut toujours présenter la musique dans un cadre sain, explique Cournoyer. Il y a des familles, on veut donc que les gens modulent leurs comportements en fonction de ça. On garde une philosophie d'ouverture, il ne s'agit pas de faire découvrir la musique électronique aux seuls initiés. On veut que les gens viennent dans une optique de découverte. Il y a des fins de semaine qui seront très dansantes, d'autres fois ce sera plus expérimental», ajoute celui qui s'implique dans les Piknics électroniks depuis leurs débuts.

Cournoyer croit que l'événement continuera à attirer plus de gens cette année. Mais pas question de grossir comme la grenouille de la fable et finir par exploser. «On ne veut pas délaisser l'esprit hédoniste, pour lequel on a créé cet événement. On ne voulait plus être pris pour aller voir des DJ à toute heure de la nuit. Il faut défaire les préjugés associés à la musique électronique. Il y a de beaux talents à Montréal et les gens ne doivent pas passer outre parce qu'ils se produisent la nuit.»

Ainsi, le public est convié, comme le soutient le site internet de l'événement, à un véritable cours 101 sur les différentes manières de faire de la musique électronique. En prime, la dynamique diurne permet de profiter «du beau temps, de Montréal et de sa générosité, de ce merveilleux parc». L'esprit de famille est à l'honneur: les espaces gazonnés permettent la détente, des piscines sont mises à la disposition des enfants, en plus de crayons de cire et de craies.

Cette fin de semaine, les artistes de Mutek sont à l'honneur, notamment avec Steve Beaupré. Pour le reste, hormis les découvertes de bon aloi, quelques noms plus connus passeront par là: Mateo Murphy, Akufen, Deadbeat, Misstress Barbara vs Barbara Brown, Champion et les G-Strings.

Un événement exceptionnel marquera la séquence, le samedi 25 juin, avec le War Is War, un événement habituellement associé au Club Soda. Sur une musique plus funky qu'à l'habitude, des «crews» s'affronteront dans la discipline du breakdanse, qui semble faire un retour depuis quelque temps.

À noter que les Piknics s'éclipseront quelques dimanches cet été. Le dimanche 12 juin, celui du Grand Prix, il serait inutile de se mesurer au vrombissement des moteurs de la Formule 1. Les 24 et 31 juillet, la tenue des Championnats du monde de natation de la FINA prendra toute la place. Autrement, les Piknics se déroulent jusqu'en septembre.