Spectacles - Trois accords et trois barbus au Festival d'été de Québec

Québec — Pas d'académiciens cette année. Pour ses spectacles à grand déploiement, le Festival d'été de Québec, qui se déroulera du 7 au 17 juillet, se paye Les Trois Accords, ZZ Top, Simple Plan et de grands shows symphoniques en hommage à Starmania et Richard Desjardins.

Le temps passe vite. En juillet dernier, quand Les Trois Accords étaient montés sur la scène du Pigeonnier devant une foule de fanatiques, le reste de la planète se demandait encore d'où ils pouvaient bien sortir. Voilà qu'à peine un an plus tard, c'est à eux qu'on fait appel pour remplir les plaines d'Abraham le 16 juillet. Rencontrés à la conférence de presse du festival hier, ces messieurs ne se formalisaient pas trop de ce changement d'échelle. «C'est sûr qu'on mange beaucoup beaucoup de frites pis de fast-food pour être sûrs de prendre toute la place sur scène», a blagué le chanteur pendant que son acolyte proposait de parcourir la scène en courant «comme Mick Jagger». Au chapitre des acrobaties, le groupe sera justement précédé sur scène de Xarxa Teatre, une compagnie européenne de théâtre pyrotechnique réputée pour ses performances époustouflantes.

Pour parler de ce 38e festival d'été, on avait convié la presse hier pour révéler l'identité de certains de ses invités en attendant le dévoilement de la totalité de sa programmation, fin mai. L'organisation compte en outre revenir la semaine prochaine sur le différend qui l'oppose aux FrancoFolies de Montréal. Rappelons que le festival montréalais, produit par l'Équipe Spectra, se prépare à déplacer sa programmation juste avant le festival d'été, en juin. Les organisateurs plaident que cela limiterait la capacité de Québec à attirer des artistes francophones importants.

Étroite collaboration avec l'OSQ

Parmi les grosses pointures de cette année, le groupe montréalais Simple Plan s'arrêtera à Québec le 9 juillet dans le cadre de sa tournée internationale. En plus d'un spectacle au Grand Prix de Montréal, ce sera son seul concert au Québec cet été. On compte par ailleurs attirer les parents des fans de Simple Plan avec la venue des barbus de ZZ Top le 10. «En 35 ans d'existence, je pense que c'est la première fois qu'ils débarquent à Québec. C'est une exclusivité. Leur dernière présence au Québec remonterait à 1997, au parc des Îles», précisait hier le directeur général, Daniel Gélinas. Toujours sur les plaines, on nous propose Starmania symphonique avec Marie-Josée Lord (Marie-Jeanne), Marc Hervieux (Zéro Janvier) et Lyne Fortin (Stella Spotlight), entre autres. Richard Desjardins a également accepté de reprendre son spectacle symphonique les 9 et 10 juillet au Grand Théâtre de Québec.

Le directeur de l'Orchestre symphonique de Québec, Michel Létourneau, qui a dirigé le Festival d'été de Québec pendant des années, était présent hier pour marquer le resserrement de la collaboration entre les deux organismes. Outre le spectacle de Desjardins, on verra, au Grand Théâtre, l'hommage de Diane Dufresne à Kurt Weil sous la direction de Yannick Nézet-Séguin (également au piano) le 11 ainsi qu'une prestation de la mezzo-soprano Jennifer Larmore le 14. La chanteuse et l'OSQ visiteront le répertoire de Rossini, Mozart et Bizet sous la direction du maestro Yoav Talmi. Toujours au Grand Théâtre, mais dans la petite salle, on a eu la bonne idée de nous ramener, les 11 et 12 juillet, le Consort contemporain de Québec avec Pierre Lapointe, lesquels avaient soufflé tous ceux qui avaient eu la chance de les voir aux derniers Coups de coeur francophones à Québec. Le 13, on pourra assister, dans la même salle, à un concert du grand pianiste français Alexandre Tharaud, qui jouera Bach et Chopin. Le chanteur Jamil complétera le tableau le 15.

Enfin, on n'a pas complètement oublié les amateurs de musique électronique puisque le DJ montréalais Tiga sera de la partie le 7 au théâtre Impérial. Avis aux amateurs, le festival a de nouveau haussé le prix de son laissez-passer, qui passe de 12 à 15 $ en prévente (20 $ au prix régulier). Il s'agit d'une quatrième augmentation en autant d'années avec pour résultat que, depuis 2002, le petit macaron lumineux a vu son prix doubler.