Musique classique - OSM 2005-06: transition en douceur

André Laplante a pris place au piano au plus grand plaisir des gens présents lors de la conférence de presse de l’OSM hier.
Photo: Jacques Grenier André Laplante a pris place au piano au plus grand plaisir des gens présents lors de la conférence de presse de l’OSM hier.

La direction de l'OSM a dévoilé hier sa saison 2005-06, la dernière pendant laquelle on entendra parler de Kent Nagano comme d'un «directeur musical désigné». La programmation a été supervisée par Kent Nagano mais ne porte pas sa griffe. Heureusement, car on attend plus d'inventivité d'une «saison Nagano».

Pour ses six programmes (11 concerts sur 72), le nouveau chef a mis de côté toute oeuvre «hardie». Il dirigera deux fois Beethoven (la 5e Symphonie et le 5e Concerto pour piano avec Radu Lupu), deux fois Chostakovitch (le 1er Concerto pour violon avec Maxim Vengerov et la 8e Symphonie), deux fois Strauss (Les Quatre Derniers Lieder ainsi que Mort et Transfiguration) et deux fois Prokofiev (Roméo et Juliette ainsi que le 2e Concerto pour piano avec André Laplante), mais aussi la Passion selon saint Jean de Bach, la 9e Symphonie de Bruckner, le 2e Concerto pour piano de Brahms, la suite du Mandarin merveilleux de Bartók, la Symphonie espagnole de Lalo (avec Vadim Repin), la Suite de Pulcinella de Stravinski et le Boléro de Ravel. Il sera présent en octobre, fin novembre (concert-bénéfice le 29), fin avril et, surtout, deux semaines en février.

Jacques Lacombe garde son titre de premier chef invité. On lui doit une partie du piment de la saison avec un intelligent programme autour de Don Quichotte en septembre, la 3e Symphonie de Nielsen en janvier et Babi Yar de Chostakovich en mai. Parmi les autres invités, signalons les débuts du Français Stéphane Denève, de l'Italien Gianandrea Noseda, du Canadien Yves Abel et de... Placido Domingo, qui viendra agiter la baguette les 8 et 10 novembre dans Verdi, de Falla et la 4e Symphonie de Tchaïkovski. On attendra avec intérêt les retours de Frans Brüggen, Eliahu Inbal (dans Alexander Nevski de Prokofiev), Claus Peter Flor et Neville Marriner. Le 250e anniversaire de naissance de Mozart donnera lieu à un hommage mesuré.

Selon Paul Fortin, directeur des activités artistiques, aucun de ces programmes, juré promis, n'est destiné à être enregistré. Ceux qui pensent donc, à juste titre, que la succession de trois concerts d'Alain Lefèvre dans Rhapsody in Blue de Gershwin, Rhapsodie sur un thème de Paganini de Rachmaninov et Rhapsodie romantique d'André Mathieu ferait un beau disque intitulé «Rhapsodies» et planifié en tant que tel sont donc priés de croire M. le directeur sur parole, tout comme lorsqu'il dit que «quatre ou cinq compagnies» se sont montrées intéressées à enregistrer l'OSM. Il est vrai qu'avec Analekta pour «Rhapsodies», CBC Records pour le CD du concours de composition et Harmonia Mundi, dont le producteur Martin Sauer était en repérages à Montréal lors des concerts Nagano, cela fait déjà trois! Mais à long terme, le seul candidat non canadien pourrait bien être Harmonia Mundi, éditeur actuel des disques de Nagano.