«Franz Schubert», Eric Lu

Un critique est toujours en quête du juste qualificatif pour résumer une prestation ou, mieux encore, le regard d’un artiste sur une oeuvre. Dans le cas du Schubert d’Eric Lu, les termes qui viennent à l’esprit sont « raffiné », « délicat », « intense ». Lu, pianiste très estimé de Charles Richard-Hamelin, fut 4e au Concours Chopin 2015. Il remporta ensuite le Concours de Leeds, en 2018, mais la COVID-19 a quelque peu entravé l’envol de sa carrière. On ne peut que remercier chaleureusement Warner de persévérer et de continuer de croire en lui, car cet Américain de 25 ans, né dans le Massachusetts, est un artiste rare et précieux que nous avons hâte de voir en récital à Montréal, le 25 janvier à la salle Bourgie. Il se distingue par sa finesse de toucher, un art des subtiles transitions et une hypersensibilité qui parvient à ne jamais tomber dans l’artificiel ou la mièvrerie. Face à une D. 959 tragique et chargée, la juxtaposition avec la Sonate en la mineur est une grande idée, tant cette dernière apparaît hantée et blafarde. Magnifique CD.

Franz Schubert

★★★★ 1/2
Classique

Sonates pour piano D. 784 et 959, Allegretto D. 915, Eric Lu, Warner, 5054197298165

À voir en vidéo