Igloofest 2023, la renaissance

Le site du Vieux-Port doit accueillir près de 15 000 spectateurs lors du lancement de la 15e édition du festival hivernal.
Photo: Elise Apap Le site du Vieux-Port doit accueillir près de 15 000 spectateurs lors du lancement de la 15e édition du festival hivernal.

Attachez vos tuques avec de la chaîne à pneus de souffleuse à neige : Pascale Project donnera jeudi soir sa première performance à vie à Igloofest. « J’ai joué souvent au Piknic Électronik, mais jamais à Igloofest. Ça fait deux ans que je suis “bookée” pour y jouer, disons que j’ai hâte ! » souffle la compositrice et DJ.

Pareille excitation chez Nicolas Cournoyer, cofondateur d’Igloofest, qui inspectait la semaine dernière le site du Vieux-Port devant accueillir près de 15 000 spectateurs lors du lancement de la 15e édition du festival hivernal : « En m’imaginant l’endroit bondé, j’ai ressenti à nouveau la fébrilité ! Ça m’avait manqué… »

« Cette 15e édition, ça fait trois ans qu’on essaie de l’organiser », explique-t-il.

Igloofest a été l’une des dernières manifestations culturelles d’envergure à avoir lieu en 2020, avant que l’Organisation mondiale de la santé ne déclare que la planète était frappée par une pandémie de COVID-19.

Photo: Peter Ryaux Larsen Lorsque Québec a imposé de nouvelles restrictions le 30 décembre 2021, plus de 60 000 billets pour l'édition 2022 de l'Igloofest avaient déjà été vendus.
Photo: Michel Legault

En 2021, les artisans d’Igloofest s’étaient rabattus sur une édition virtuelle qui « a été reçue comme un baume par les gens », indique Nicolas Cournoyer. « C’était cool, mais on ne voulait pas célébrer nos 15 ans sur le Web. » À l’automne suivant, le gouvernement avait assoupli les mesures sanitaires dans les salles de spectacle, après un été plus clément qu’attendu sur le plan viral. « Le lendemain de l’annonce de l’assouplissement, on mettait nos billets en vente pour Igloofest 2022. En une semaine, on en avait déjà 40 000 de vendus. On sentait que la relance s’en venait, et qu’elle allait s’opérer avec la tenue d’Igloofest. Sauf que [le variant] Omicron est arrivé. »

Lorsque le premier ministre du Québec a imposé de nouvelles restrictions le 30 décembre 2021, plus de 60 000 billets pour Igloofest 2022 avaient déjà été vendus. Plusieurs soirées affichaient complet. Cette célébration de la nordicité sur fond de rythmes électros, avec costumes de neige rétros et vue imprenable sur le fleuve, était espérée par des danseurs affamés. Les espoirs d’un retour ont alors fondu comme de la neige sous la pluie d’un décembre anormalement chaud.

« Notre faux départ de l’année dernière a été dur pour le moral », avoue Nicolas Cournoyer, qui a cependant retrouvé le sourire l’été dernier, après une édition réussie du Piknic Électronik au parc Jean-Drapeau.

Pour le 15e, l’organisation a mis toute la gomme : ça démarre jeudi avec le DJ australien Flume (et Pascale Project sur la seconde scène), le vétéran de l’acid house Josh Wink le lendemain, la jeune étoile EDM Porter Robinson le samedi soir, et on en passe d’aussi bons.

Le lendemain de l’annonce de l’assouplissement, on mettait nos billets en vente pour Igloofest 2022. En une semaine, on en avait déjà 40 000 de vendus. [...] Sauf que [le variant] Omicron est arrivé.

 

Kavinsky et la sensation house trance suisse Nora En Pure visiteront le Vieux-Montréal le week-end suivant ; les deux dernières fins de semaine verront d’abord défiler le rappeur belge Hamza, le groupe montréalais Black Tiger Sex Machine, le pilier de l’électro Tiga, Tiësto, et une affiche consacrée à la maison de disques anglaise Anjunadeep, avec l’étoile locale CRi.

Redécollage

L’affiche est costaude, mais il y a plus : la renaissance d’Igloofest, à sa 15e édition, signale aussi le désir d’expansion de ses organisateurs. Celle-ci s’exprime dans une première vraie édition à Québec, les 2, 3 et 4 mars prochains (avec Misstress Barbara et Diplo, entre autres), et dans l’affiche encore plus touffue de son volet « Après-ski », qui, au bonheur des danseurs (et des frileux !), fera durer la fête dans différents bars et clubs de Montréal.

« On assume vraiment l’identité du festival » avec ce volet, affirme Lucas Jacques, programmateur pour Igloofest — et pour la compagnie qu’il a fondée, Courage, spécialisée en musique électronique et passée dans le giron de Multicolore, qui chapeaute Igloofest et le Piknic Électronik.

« On a des ambitions de croissance pour Igloofest, Or, on ne se cachera pas qu’on y invite des musiciens et des DJ qui jouissent d’un plus important rayonnement », comme Tiësto, vedette planétaire de l’électro grand public, reconnaît Lucas Jacques. Si la seconde scène du site extérieur accueille des artistes aux pratiques musicales plus aventureuses, dont de nombreux artistes locaux, le volet « Après-ski » permet au festival de renouer avec ses racines underground en offrant une solide contre-programmation à la galaxie d’étoiles qui défileront sur la grande scène.

« Et le travail de sélection musicale d’un festival, c’est ça qui est le fun », souligne Lucas Jacques, qui s’est fait plaisir en programmant les compositeurs et DJ britanniques Kahn & Neek, puristes du son dubstep anglais originel, sur la seconde scène extérieure. Un choix qu’il relève pour noter que le site extérieur ose toujours quelques audaces musicales, « mais “Après-ski”, c’est une offre un peu plus alternative, un peu plus de niche, en club et en salle, qui permet de poursuivre l’expérience ».

Photo: Peter Ryaux Larsen Nombreux sont ceux qui bravent le froid et la neige pour assister à Igloofest. Parfois vêtues d’accoutrements excentriques, ils font la fête au rythme de la musique électronique.
Photo: Peter Ryaux Larsen

Un dessert électro, riche en ingrédients locaux, après le plat principal dans le Vieux-Port. Le 20 janvier au Centre Phi, Hiroko Yamamura défendra l’héritage house et techno de Chicago ; le lendemain, le New-Yorkais as malaxeur de styles dansants AceMo sera au Francesco’s, petite boîte de la rue Saint-Jacques. Au Centre Phi le 27 janvier, applaudissons le retour de la Canadienne Jessy Lanza, en formule DJ, alors que le vétéran de la deep house Marcellus Pittman fera tourner les têtes au même endroit le lendemain.

Encore ? Le légendaire Little Louie Vega, membre de Masters at Work, la crème de la house new-yorkaise, est attendu à l’Auberge Saint-Gabriel le 3 février, et les amateurs de techno aventureux se régaleront de l’affiche du Centre Phi le même soir, composée du tandem Anthony Naples-DJ Python, précédé du compositeur montréalais Anabasine. Ajoutez à cela les après-midi gratuits Igloofête (avec Poirier, Robert Robert, DJ Karaba, LUNICE), et une finale le 11 février à la Société des arts technologiques, avec les DJ d’Anjunadeep, jusqu’à 6 h du matin.

Pour sa performance à Igloofest, la compositrice, DJ — et, depuis récemment, animatrice de soirées karaoké mensuelles au Système (la prochaine aura lieu à la Saint-Valentin !) — Pascale Project promet une sélection à saveur eurodance des années 1990, une influence musicale qui a grandi en elle après sa dernière tournée sur le Vieux Continent, à l’automne 2022. Ces sonorités seront reflétées dans de nouvelles chansons de son prochain microalbum, à paraître au printemps.

« Ça me fait énormément plaisir d’enfin pouvoir participer à Igloofest, dit-elle. C’est une bonne manière de rassembler plein de gens et, surtout, des publics différents, comme j’ai pu le constater en tant que spectatrice. Et en plus, ça n’arrive pas très souvent qu’on a l’occasion de faire un DJ set dehors, à -15 degrés ! »

À voir en vidéo