Une rentrée jazzée et métissée

Le 19 janvier au Gesù aura enfin lieu le concert de la jeune chanteuse Laura Anglade, accompagnée par l’Orchestre national de jazz de Montréal dirigé par Jean-Nicolas Trottier.
Photo: Steve Walsh Le 19 janvier au Gesù aura enfin lieu le concert de la jeune chanteuse Laura Anglade, accompagnée par l’Orchestre national de jazz de Montréal dirigé par Jean-Nicolas Trottier.

Le congé des Fêtes à peine derrière nous, jazz et musiques métissées reprennent vie, dans nos salles et nos haut-parleurs — dès samedi soir, tenez : l’ensemble expérimental torontois Minor Empire et sa chanteuse Özgü Özman seront rejoints sur la scène de la Sala Rossa par l’éminent guitariste norvégien Eivind Aarset pour une exploration jazz contemporaine de l’héritage musical turc. Voilà qui dresse admirablement bien la table pour une saison riche en rencontres sonores.

Et, pour certains, de revanche sur un virus qui continue à jouer les trouble-fêtes : le 19 janvier au Gesù aura enfin lieu le concert de la jeune chanteuse Laura Anglade, accompagnée par l’Orchestre national de jazz de Montréal dirigé par Jean-Nicolas Trottier, événement reporté pour cause de voix éraillée. Au menu : le répertoire de Jerome Kern, qui a posé de nombreuses pierres à l’édifice du Great American Songbook.

Du côté du O Patro Vys, avenue du Mont-Royal, surveillons le 21 janvier la naissance d’un projet pas banal, Crossroad Copeland, qui lancera son premier album (Cope Land). On retrouve notamment, réunis autour du compositeur et guitariste Ben Copland Gilbert, le bassiste Carl Mayotte et la chanteuse Jeanne Laforest, qui a lancé en octobre dernier un premier album intitulé Puisque les heures nous manquent. La proposition ? Une fusion de funk, de jazz, de métal et de rap. Ça pique la curiosité, un peu comme cet hommage jazz à l’icône grunge Nirvana que mijote le quartette du compositeur et pianiste Guillaume Martineau à l’Upstairs, le 27 janvier.

Comme à l’habitude, on surveillera l’horaire des lieux de jazz de la métropole, qui commencent tout juste à s’emplir, de l’Upstairs aux activités de la jeune Société jazz de Saint-Henri, en passant par le Dièse Onze, rue Saint-Denis, qui a inauguré l’automne dernier sa boutique de disques juste au-dessus, au 4117, rue Saint-Denis.

Pour les musiques métissées, destination comme toujours au Club Balattou, que les Productions Nuits d’Afrique animent avec leurs concerts toute l’année. Le mois de janvier est pratiquement déjà complet : Jab Djab samedi soir (musiques des Antilles), Kenzow (Burkinabé d’origine) le 20, soirée reggae-dancehall le 22 avec Okapi, Face-T et Aldo Guizmo, afro-latine le 28 avec Bumaranga, etc. 

Autres dates à encercler au calendrier : le Japan Project du compositeur et pianiste Yves Léveillé, artiste en résidence au théâtre Outremont, qui rassemble les collègues Eri Yamamoto, Ikuo Takeuchi et Frank Lozano le 11 février. Le 26, concert à grand déploiement au théâtre Maisonneuve,lors duquel l’orchestre de Benoît Charest accompagnera la projection du classique Les triplettes de Belleville.

Originaire de Kingston, en Jamaïque, mais établi à Toronto depuis longtemps, le chanteur reggae Mikey Dangerous est sans doute la figure de proue de la scène reggae canadienne ; on le verra à la Sala Rossa le 31 mars, accompagné de sound systems [collectifs de DJ et MC qui, traditionnellement, se produisaient sur d’imposants équipements audio] locaux. Le 5 avril, le Festival international de jazz de Montréal invitera les jeunes britanniques du Ezra Collective. Une fois la neige fondue, la légende de la trompette et fondateur de la maison de disques A&M Records et de l’orchestre Tijuana Brass, Herb Alpert, se produira au théâtre Maisonneuve, quelques semaines après avoir atteint l’âge vénérable de 88 ans.

Côté parutions d’albums, les paris sont ouverts.En entrevue avec Le Devoir l’été dernier, le compositeur et multi-instrumentiste Chief Adjuah nous a promis trois nouveaux albums de matériel original, le premier devant paraître au courant du mois. Artisan de fructueuses rencontres entre jazz et musiques du sous-continent asiatique, le percussionniste indien Trilok Gurtu offrira un nouvel album, One Thought Away, le 4 mars, alors que la légende sénégalaise Baaba Maal nous présentera Being le 31 mars, après sept ans de silence. Le même jour, la compositrice et pianiste Alexandra Stréliski dévoilera enfin le successeur du populaire Inscape, paru il y a déjà presque cinq ans.

C’est devenu une habitude des survols de la rentrée que d’évoquer la parution du chimérique album reggae de la superstar Rihanna, alors réitérons, pour une troisième fois en quatre ans, avec l’espoir que ce projet, annoncé depuis des lustres, se matérialise, peut-être même autour du concert que la musicienne donnera à la mi-temps du LVIIe Super Bowl, le 12 février. Entre-temps, le chanteur dancehall Popcaan lancera, lui, un nouvel album le 27 janvier nommé Great Is He.



À voir en vidéo