«(De)construction», Louis-Étienne Santais

Louis-Étienne Santais, le très talentueux musicien, aussi membre de Ghostly Kisses avec Margaux Sauvé, présente son second opus deux ans après Reflection I, un premier disque déjà prometteur. (De)construction n’aurait ainsi pu être mieux défini tant le compositeur joue avec les codes des musiques dites organiques, celles qu’on estampille de l’étiquette électronique et, par-dessus tout, les silences. Floating, par exemple, est sans aucun doute la pierre angulaire de l’album. Le titre nous entraîne dans un délicat tourbillon rythmé par une harmonie piano/synthé à nous faire perdre la tête avant le calme relatif et la douceur fragile de Kawa no Kami — pensée en forme d’hommage au réalisateur d’animation japonais Hayao Miyazaki. Claire, enfin, est un morceau particulièrement émouvant, bouleversant peut-être, et très certainement grandiose. L’éloquence des cordes y côtoie une complexité savamment maîtrisée par Louis-Étienne Santais, et nous fait sentir le coeur serré par quelque chose de magnifique et d’éclatant.

(De)construction

★★★ 1/2
Instrumental

Louis-Étienne Santais, Coyote Records

À voir en vidéo