«SOS», SZA

On pardonnera tout à SZA, en commençant par les cinq ans qu’elle nous a fait patienter avant d’enfin nous dévoiler SOS. On lui pardonnera aussi de s’être éparpillée sur ce second album s’égarant parfois dans la pop-punk (F2F) et la pop-country (Nobody Gets Me), qui n’a surtout ni l’urgence ni la force émotive du brillant Ctrl l’ayant instantanément propulsée au sommet de la scène R&B contemporaine. On lui pardonne, parce que parmi ces 23 nouvelles chansons se cachent plusieurs perles, la pernicieuse Kill Bill, la fantastique Seek & Destroy (qui aurait pu figurer sur son premier album), l’atmosphérique collaboration avec Phoebe Bridgers (Ghost in the Machine) et cet échantillon futé d’une chanson de Björk sur Forgiveless, assortie d’un couplet inédit de feu Ol’ Dirty Bastard. Et parce que sa voix nous fait craquer, ce timbre lumineux, ce trémolo délicat, ces interprétations le coeur aux lèvres, désespérée sur la roulade trap de Low, abandonnée sur la ballade Special en milieu d’album.

Cliquez ici pour découvrir un extrait.

SOS

★★★ 1/2
R&B

SZA, Top Dawg / RCA

À voir en vidéo