Le Jazzlab Orchestra prépare sa Route du rhum

Le compositeur Alain Bédard chez lui avec sa contrebasse
Valérian Mazataud Le Devoir Le compositeur Alain Bédard chez lui avec sa contrebasse

Créée en 1978 et présentée tous les quatre ans, la Route du rhum est une course, à voile et en solitaire, entre Saint-Malo, en Bretagne, et Pointe-à-Pitre, en Guadeloupe. La dernière édition — remportée par le Français Charles Caudrelier, qui a battu un record avec sa traversée transatlantique de 6 jours, 19 heures, 47 minutes et 25 secondes — s’est terminée le 16 novembre dernier. À peu près au moment où l’octet montréalais Jazzlab Orchestra devait effectuer sa propre traversée dans l’archipel caribéen, une tournée reportée justement pour ne pas passer dans l’ombre des grands mâts des 138 embarcations participantes qui accaparent toute l’attention là-bas.

Alain Bédard, compositeur, bassiste, leader du Jazzlab et fondateur de l’étiquette Effendi, ne s’en formalise pas, d’abord parce qu’il avoue être lui-même amateur de rhum (un homme raffiné !), ensuite parce que l’orchestre s’y rendra plutôt en janvier, pour donner six concerts et deux classes de maître. L’anecdote coiffe une année 2022 faite de parties remises pour le Jazzlab Orchestra, qui présentera pour la première fois au Palais Montcalm de Québec, puis le 10 décembre au théâtre Outremont de Montréal, le matériel original de LOGUSLABUSMUZIKUS, album paru il y a un an pile.

« En fait, on l’a joué une fois déjà à Québec, mais c’était pendant la pandémie, si bien qu’on ne pouvait recevoir qu’une vingtaine de personnes dans la salle. Ça avait l’air pas mal vide, indique Alain Bédard. Puis, on avait un concert prévu à l’Outremont le 1er avril, mais quatre musiciens sont tombés malades. J’ai dû engager quatre nouveaux musiciens à la dernière minute, alors on n’avait pas joué le répertoire du nouvel album. »

Partie remise, cette fois avec l’orchestre complet : Mario Allard, Annie Dominique et Claire Devlin (saxophones), Jacques Kuba Seguin (trompette), Thomas Morelli-Bernard (trombone), Félix Stussi (piano), Michel Lambert (batterie) et Bédard (basse). La bande est bien rodée, rentrant tout juste d’une tournée européenne puis d’un détour dans l’Ouest canadien. Et, oui, « ça fait du bien de reprendre la route, après deux ans de pandémie », souffle Alain Bédard, qui a profité de la pause forcée pour composer (sous son nom de plume, Auguste Le Prez) le matériel de LOGUSLABUSMUZIKUS.

« J’ai composé pendant la pandémie, comme tout le monde. C’est la seule chose qu’on pouvait faire, raconte Bédard. Pour le Jazzlab, j’avais déjà composé quelques pièces, mais jamais un répertoire complet. C’était gratifiant, et c’était aussi un défi pour moi puisque j’ai beaucoup écrit pour de petites formations, comme l’Auguste Quartet, mais que c’était une première pour moi d’écrire pour le Jazzlab. Pas facile. Je dirais même que c’est plus difficile d’écrire pour huit musiciens que pour un big band. Dans un octet, chaque musicien est très sollicité, alors que dans un big band, on écrit pour des sections de musiciens. Il faut que chaque musicien donne son maximum. Le risque d’erreurs est plus grand et la musique a besoin d’être bien écrite pour que chaque instrument exploite ses possibilités mélodiques. Ensuite, j’ai fait beaucoup de recherche pour écrire des contrepoints. »

Ces dernières semaines passées sur les scènes ont permis à l’octet de mettre le riche répertoire de Bédard à sa main, et même de le faire évoluer en spectacle, comme a pu le constater le public européen. Heureuse coïncidence, le 3 novembre dernier eut lieu quelque chose comme un petit festival du jazz québécois à Paris : pendant que jouait au sous-sol du club Sunside-Sunset le Jazzlab Orchestra, dans le 1er arrondissement, Yannick Rieu et son Génération Quartet chauffaient les planches du rez-de-chaussée.

« On ne le savait même pas au moment de réserver les dates qu’on jouait en même temps, et c’était plein ! se réjouit Alain Bédard. Ça faisait longtemps que je n’avais pas vécu une soirée aussi spéciale. On a attiré plein de journalistes et de musiciens, on a étiré ça jusqu’à trois heures du matin. » S’en souvient encore le confrère Franck Bergerot, du Jazz Magazine, qui rendait compte de l’événement dans un sympathique texte (« Le Québec rue des Lombards avec Alain Bédard et Yannick Rieu », le 4 novembre 2022).

L’album LOGUSLABUSMUZIKUS est disponible sur étiquette Effendi. Le Jazzlab Orchestra se produira le 8 décembre au Palais Montcalm et le 10 décembre au théâtre Outremont.

À voir en vidéo