Maryse Letarte, notre «reine de Noël»

Maryse Letarte donnera le concert d’ouverture du festival Noël dans le parc samedi soir en compagnie de Salomé Leclerc et de l’ensemble trad Lendemain de veille.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Maryse Letarte donnera le concert d’ouverture du festival Noël dans le parc samedi soir en compagnie de Salomé Leclerc et de l’ensemble trad Lendemain de veille.

Avec Maryse Letarte, Noël n’arrive jamais trop tôt, on s’en doute. « Pour moi, c’est déjà Noël, mais avant les cadeaux », dit l’autrice, compositrice et interprète de l’album classique du temps des Fêtes moderne Des pas dans la neige, paru il y a 14 ans. « C’est toujours spécial pour moi de voir que j’existe dans la tête de plusieurs personnes à ce moment de l’année. Je ressurgis d’un carton, comme une guirlande ! » blague la porte-parole de la 29e édition du festival Noël dans le parc, qui débute officiellement samedi.

La tradition aura meilleure mine pour cette édition « normale » de Noël dans le parc, qui revient avec sa programmation musicale au parc des Compagnons-de-Saint-Laurent (Plateau-Mont-Royal), au parc Lahaie (Mile-End) et à la place Émilie-Gamelin (centre-ville), où Maryse Letarte donnera le concert d’ouverture samedi soir en compagnie de Salomé Leclerc et de l’ensemble trad Lendemain de veille.

Et comme dans le bon vieux temps (lire : avant la pandémie), il y en aura pour tous les goûts musicaux : de la cumbia avec Son Sono le 8 décembre, de l’électro et de la pop le 9 avec Super Plage, Sophia Bel et Jesse Mac Cormack, du reggae-dancehall le 15 avec Okapi, Face-T et l’orchestre Solidground, du gros rock avec le retour de WD-40, le 22, et Rouge Pompier le lendemain, entre autres invités festifs. Les deux autres emplacements accueilleront chorales, clowns et le trio vocal Les fées de Noël.

Du Québec à l’Espagne

Bon an mal an, Maryse Letarte donne une dizaine de concerts de Noël par hiver en pigeant dans le répertoire original de Des pas dans la neige (2008) et de sa suite, La parade (2015), qu’elle présente aujourd’hui comme « un album souvenir des Noëls que je vivais avec ma jeune fille à ce moment-là ».

C’est toujours spécial pour moi de voir que j’existe dans la tête de plusieurs personnes à ce moment de l’année. Je ressurgis d’un carton, comme une guirlande!

 

Pour une musicienne travaillant ces jours-ci sur un prochain album de chansons pop détachées des grandes fêtes de notre calendrier, est-ce que d’être aussi intimement associée au temps des Fêtes serait une malédiction sur sa carrière ? « Oh mon Dieu, non ! Au contraire, c’est une fierté ! » sursaute-t-elle.

« Je me pince chaque Noël. C’est un honneur de me dire que je reviens dans la tête des gens chaque année, d’autant plus que, d’habitude, un album, ça ne dure pas longtemps, sauf pour les grands classiques. J’aurais jamais pu souhaiter un succès comme ça », qui a traversé nos nordiques frontières depuis qu’un certain disc-jockey allemand a craqué pour la chanson Boom Boompuis propagé la bonne nouvelle musicale comme un roi mage des ondes radio.

« J’ai même su qu’une école en Espagne faisait chanter Boom Boom aux enfants pour leur faire apprendre le français ! » dit Maryse Letarte, qui s’en étonne encore. Le succès durable de Des pas dans la neige fera justement l’objet d’un documentaire, sur lequel planche présentement le documentariste et réalisateur à la télé Jean-Sébastien Lozeau et qui devrait être prêt l’an prochain, pour souligner le quinzième anniversaire de la sortie de l’album.

Maryse Letarte serait-elle notre reine de Noël ? Bien sûr qu’elle l’est, mais la question mérite quand même d’être soulevée à la lumière des récentes – et litigieuses ! — actualités musicales du temps des Fêtes.

Un titre convoité

 

Figurez-vous donc qu’en octobre dernier, la vedette de la pop Mariah Carey s’est adressée au United States Patent and Trademark Office pour faire enregistrer l’appellation « Queen of Christmas », ainsi que l’expression « Princess Christmas » et le sigle « QOC », moins pour le prestige de la couronne que pour la liberté de commercialiser mille et un objets portant son titre. « Es-tu sérieux ? » s’étonne Maryse. « C’est tout ce que je n’aime pas, la surenchère commerciale, la consommation à outrance » qui vient souvent avec Noël.

Heureusement, le bureau des brevets et des marques de commerce n’a pas répondu à la demande de l’interprète de All I Want for Christmas Is You, non par gros bon sens, mais parce qu’une autre musicienne prétendant au titre de reine de Noël s’est opposée aux démarches de Carey. L’artiste indépendante se nomme Elizabeth Chan, elle ne fait carrière en musique que pour chanter la naissance de bébé Jésus et vient de lancer un nouvel album (12 Months of Christmas), comme elle le fait chaque mois de décembre depuis 2013. Chan ne veut pas de la marque de commerce, mais ne veut surtout pas que Carey l’empêche d’être elle aussi, à sa manière, une reine de Noël.

« Lorsque ma fille était toute petite, la reine, la représentante de Noël — autre que moi ! —, c’était Ginette Reno », en raison de son fameux album Noël avec Ginette Reno, paru en 1967 et réédité moult fois au fil des ans. « Le classique des classiques ! La première fois que je lui ai fait entendre l’album, c’était tellement drôle ! Ma fille avait deux ans, si je me souviens bien, je lui avais fait jouer ça dans le solarium, et elle se dandinait pendant que je préparais le souper. Soudainement, elle sort du solarium en me disant : “Maman, maman, la madame vient de nous souhaiter joyeux Noël !” C’est un souvenir que je vais garder toute ma vie. Après, quand Ginette Reno chantait l’hymne national avant le match de hockey, je disais à ma fille : “Regarde, c’est la madame !” »

Des pas dans la neige (2008) La parade (2015)

Maryse Letarte

À voir en vidéo