Intrigante Mylène Farmer

La chanteuse Mylène Farmer lors d’un spectacle en mai 1993
Photo: Jacques Soffer Agence France-Presse La chanteuse Mylène Farmer lors d’un spectacle en mai 1993

La chanteuse qui cumule le plus de chansons numéro un de l’histoire en France est québécoise. Céline Dion ? Non, Mylène Farmer, qui a habité Pierrefonds, dans l’ouest de l’île, jusqu’à l’âge de 9 ans environ. Depuis, celle qui lance vendredi un nouvel album n’est jamais revenue en sol québécois pour un concert, bien que nombre d’admirateurs la réclament. C’est comme si elle évitait consciemment le pays de son enfance. Un autre pan du mystère qui entoure l’interprète de Désenchantée, qui ne cesse de fasciner la francophonie depuis près de 40 ans.

Ce mystère, Mylène Farmer le cultive. Jamais elle ne s’est épanchée sur sa vie privée dans la presse à scandale. Encore moins sur les réseaux sociaux, où elle est encore aux abonnés absents en 2022. Ses rares apparitions médiatiques lors des campagnes de promo sont sciemment limitées aux principaux journaux télévisés en France, parfois quelques magazines. Elle évite les talk-shows français et les grandes émissions de variétés.

« De protéger sa vie privée, il y a une valeur à ça. Qu’est-ce qui fait qu’on veut tant savoir quelque chose sur Mylène Farmer ? C’est justement parce que l’on sait que c’est inaccessible. Vu son succès immense, si j’avais un conseil à donner, c’est que le risque d’exposer toute sa vie privée est beaucoup plus grand que le risque de ne rien dévoiler », glisse Louis Aucoin, stratège en communication et accessoirement admirateur de la première heure de la chanteuse franco-québécoise.

Président de la firme de relations publiques Tesla RP, Louis Aucoin perçoit dans l’extrême discrétion de Mylène Farmer un contre-exemple en cette ère où les artistes sont encouragés à dévoiler les moindres détails insignifiants de leur quotidien sur les réseaux sociaux. Souvent qualifiée de « Madonna française » pour ses clips provocateurs et ses spectacles à grand déploiement, Mylène Farmer est finalement l’antithèse de la madone sur ce point. Alors que la Material girl, 64 ans, se met littéralement toujours à nu sur TikTok, Mylène Farmer se mure dans un silence presque monastique.

Désenchantée du Québec

On sait donc très peu de choses de sa vie, encore moins de sa jeunesse. On sait que Mylène Farmer est née Gautier en septembre 1961 à Montréal. On sait que son père, Max Gautier, était un ingénieur qui avait immigré au Québec pour travailler sur la construction du barrage de Manic-5. La famille Gautier est retournée en France à la fin du chantier.

Juste avant, la jeune Mylène a fréquenté le collège Sainte-Marcelline, un réputé établissement catholique où les enfants de Pierre Péladeau ont aussi été scolarisés à la même époque. Yolande Marceau, une laïque, se souvient très bien d’avoir enseigné à cette jeune fille « sage et discrète ». Chaque fois qu’un journaliste français réussit à la retrouver, elle leur sert la même anecdote : cette fois où la petite Mylène a été arrosée à son insu par une moufette. « Elle ne s’en était pas aperçue. Les autres enfants trouvaient que ça sentait drôle, et moi aussi. C’est quand elle est passée près de moi pour venir porter son devoir que j’ai su que ça venait d’elle. J’ai appelé la maman pour qu’elle vienne la chercher, mais je pense que les autres enfants n’ont rien vu », se remémore la retraitée de 78 ans.

Photo: Valery Hache Agence France-Presse Mylène Farmer lors du Festival de Cannes, le 17 juillet 2021

Dans les rares entrevues qu’elle accorde, Mylène Farmer demeure beaucoup plus évasive sur son enfance au Québec. Elle dit n’en garder que très peu de souvenirs, si ce n’est que la neige. En début de carrière, elle confiait candidement ne pas aimer l’accent québécois. Dans la presse française, on raconte même que Mylène Farmer s’exprimait comme une Québécoise lorsqu’elle a déménagé en région parisienne. Ses parents lui auraient payé des séances avec un orthophoniste pour qu’elle casse son accent.

« Quand je l’ai rencontrée, je n’ai pas senti qu’elle avait un grand attachement au Québec. Ce n’est pas comme Madonna, qui est très consciente de ses origines québécoises et qui en parle ouvertement. Est-ce que c’est parce que Mylène se protège parce qu’elle ne veut pas parler de certaines choses de son enfance ? Ça, ça fait partie du mystère Mylène Farmer », note l’ex-VJ (vidéo-jockey) Geneviève Borne, qui a interviewé Mylène Farmer en 1996 à Paris. Elle en garde le souvenir d’une femme distante, mais gentille, contrairement à beaucoup de vedettes françaises qui prennent plaisir à narguer les journalistes.

Bête de scène

L’animateur Paul Houde rêve depuis longtemps de l’interviewer lui aussi. À quelques reprises, ses équipes ont approché l’entourage de la vedette, en vain. Paul Houde a une admiration sans bornes pour l’interprète de la sulfureuse Libertine, même s’il se désole qu’elle fasse l’impasse sur le Québec depuis le début de sa carrière. Un mépris que beaucoup de Québécois lui renvoient bien, cependant, remarque Paul Houde.

« Il y a des gens au Québec qui considèrent qu’elle n’a pas de voix, car on est obsédé, au Québec, par les voix tonitruantes, sûrement à cause de Céline. On la catégorise de quétaine. On rit de ses chorégraphies. On dit qu’elle exagère quand elle pleure en spectacle. Peut-être. Mais moi, j’aime ça ! Ses spectacles sont grandioses et il y a ce double jeu. D’un côté, elle envoûte le stade, qui connaît ses chansons par coeur. De l’autre, elle se montre extrêmement fragile », souligne l’animateur érudit avec l’entrain qu’on lui connaît lorsqu’un sujet le passionne.

De protéger sa vie privée, il y a une valeur à ça. Qu’est-ce qui fait qu’on veut tant savoir quelque chose sur Mylène Farmer ? C’est justement parce que l’on sait que c’est inaccessible.

 

Mylène Farmer, 61 ans, sera en tournée tout l’été à travers la France, la Suisse et la Belgique. Avant la guerre en Ukraine, elle avait aussi prévu se rendre en Russie, où elle a un bassin d’admirateurs. Mais jamais le Québec n’a fait partie de ses projets.

Il y a quelques années, le Festival d’été de Québec (FEQ) avait sérieusement entamé des démarches pour l’amener sur les Plaines, mais rapidement, on a constaté que l’intérêt n’était pas réciproque. Le FEQ laisse savoir tout de même que le dossier Mylène Farmer « est somme toute toujours actif ».

La rumeur a longtemps couru que la célèbre rouquine évitait le Québec par peur de prendre l’avion. Or, Le Parisien rapportait dans ses pages cette semaine que la chanteuse serait retournée au Québec incognito en novembre 2017. Elle serait même allée visiter le bungalow de son enfance à Pierrefonds, où habite aujourd’hui un couple d’origine moldave qui avait vaguement entendu parler d’elle.

Tout n’est pas chaos, donc, pour ses admirateurs québécois, qui espèrent toujours la voir sur scène ici un jour.

À voir en vidéo