«ATALAYA», Dezron Douglas

Deux ans après Force majeure, album en duo avec la fascinante harpiste Brandee Younger, dont il est le conjoint, Dezron Douglas, compositeur et bassiste, revisite la formule du quartet sur ce vif ATALAYA, collection de compositions originales enregistrées avec les collègues George Burton (Rhodes, piano), Emilio Modeste (saxophones) et Joe Dyson Jr. (batterie). Classique dans sa fondation — on pensera au quartet de Coltrane, exception faite de la ballade Wheeping Birch mettant en vedette la chanteuse d’origine cubaine Melvis Santa —, frais dans son exécution, ATALAYA nous permet de découvrir un ensemble tissé serré au sein duquel s’illustre évidemment Douglas, fidèle collaborateur de Makaya McCraven et Coltrane fils, qui s’accorde une pièce en solo, Octopus, avec sa basse électrique. Burton y est remarquable : mélodique sur Rosé, frénétique sur J Bird (où brillent par ailleurs Modeste, puis Dyson Jr. durant son fringant solo), libre et déchaîné sur la chanson titre, son jeu approfondit les compositions du bassiste.

Cliquez ici pour découvrir un extrait.

ATALAYA

★★★ 1/2
Jazz

Dezron Douglas, International Anthem

À voir en vidéo