«De l’amour mais quelle drôle d’idée», Charlotte Rampling

Un deuxième album pour Charlotte Rampling, 20 ans après Comme une femme, quelle drôle d’idée ! Idée vendeuse, vous pensez bien : cette voix ! Ce feutré du timbre, cette dégaine du débit, ce jeu si peu joué qu’on s’y prend les pieds, le corps, la tête. Ah ! Retrouver la Charlotte de nos vies, la Rampling de Georgy Girl, de Portier de nuit, de Stardust Memories jusqu’au Dune de notre Denis Villeneuve ! Comment ne pas être séduit à l’avance, pour ainsi dire. Le hic est là : télégraphié, ce projet. Promesse trop belle, non tenue. Léonard Lasry n’est pas Étienne Daho. Ne porte pas un délicieux dédain qui veut. Daho avait l’envergure que demandait Jeanne Moreau. Lasky le compositeur ne parvient qu’à « gainsbouriser » vaille que vaille une mélancolie de pacotille, sans art de la variante, de sorte que c’est tout sur le même ton. Les textes d’Elisa Point, joliment tournés, rescapent tout juste la diseuse déposée sur une causeuse imitation Récamier. Fascination factice, dallage plombé. Pour tout dire, on dit non.

De l’amour mais quelle drôle d’idée

★★
Chanson

Charlotte Rampling, 29 Music

À voir en vidéo