«Top minou»: Bleu Jeans Bleu dans son costume neuf

Le leader de Bleu Jeans Bleu, Mathieu Lafontaine, alias Claude Cobra, espère que le public sera «top minou» en découvrant les chansons de ce quatrième album, qu’il estime «un peu plus rock, avec l’énergie d’un band qui joue sur scène».
Photo: Marie-France Coallier Le Devoir Le leader de Bleu Jeans Bleu, Mathieu Lafontaine, alias Claude Cobra, espère que le public sera «top minou» en découvrant les chansons de ce quatrième album, qu’il estime «un peu plus rock, avec l’énergie d’un band qui joue sur scène».

Le nouvel album de Bleu Jeans Bleu a failli porter un autre titre que ce joyeusement débile Top minou, nous explique son leader, Mathieu Lafontaine, alias Claude Cobra : « J’avais dit à mon gars, qui avait alors quatre ans : “Papa est en train d’enregistrer un album, comment devrais-je l’appeler ?” En regardant en l’air, il me répond : “Feuille feuille toutou”. Drette de même ! L’idée est restée un bout de temps, sauf que “top minou”, c’est une expression que des gars que je connaissais à Victo utilisaient — ce n’est pas une expression courante, mais entre nous, on disait ça. Et je trouvais ça tellement positif comme expression. Quelque chose qui, sans rien dire, dit tout, et nous tire vers le haut. »

Il faut avant tout parler de l’hallucinante pochette de ce quatrième album des auteurs de l’inoubliable succès Coton ouaté. On en fera une fixation : l’air béat de ce chien en forme de barbe à papa, sur fond rose nanane. « Il y a un chien, et non un chat ; il est écrit “bleu” deux fois sur la pochette, qui est rose. J’aime jouer là-dessus », ricane Lafontaine, en saluant le génie du collaborateur Alexis Pinard, concepteur de ladite pochette et crédité sur l’album à titre de « coach de vie ».

Top minou, c’est une expression que des gars que je connaissais à Victo utilisaient — ce n’est pas une expression courante, mais entre nous, on disait ça. Et je trouvais ça tellement positif comme expression. Quelque chose qui, sans rien dire, dit tout, et nous tire vers le haut.

« Le nom de l’album était trouvé, avant même que je compose la chanson [du même nom]. Alexis m’a demandé : “Mais ça veut dire quoi, pour toi, top minou ?” » Mathieu Lafontaine fait alors une pause et, comme son fils, porte le regard vers le plafond du studio Madame Wood, où il avait donné rendez-vous au Devoir : « Top minou, c’est un état d’esprit, illustre-t-il. C’est lorsque tu te sens vraiment bien. Quand t’es top minou, t’es top minou. Et le chien, c’est ça : son expression faciale, les yeux crinqués, la bouche en sourire avec la petite langue qui sort. Lui, il est top minou. »

Et Lafontaine espère que vous le serez tout autant en découvrant les chansons de ce quatrième album, qu’il estime « un peu plus rock, avec l’énergie d’un band qui joue sur scène ». Drôle, Bleu Jeans Bleu l’est encore, de l’image de se faire cuire du « bacon en bedaine », du titre d’une chanson que l’on retrouve dès le début de l’album, à la savoureuse Molle twist vanille-vanille qui suit, ritournelle pop aux accents presque yé-yé qui pourrait, ne sait-on jamais, aussi s’incruster dans les palmarès des radios commerciales, comme l’a réussi Coton ouaté quelques mois avant le début de la pandémie.

Comment suivre un tel succès populaire sans craindre de ne jamais l’atteindre de nouveau ? Comment survivre aux attentes ? « En fait, Coton ouaté, c’est une tank à gaz incroyable », assure l’auteur-compositeur-interprète qui chante en roulant ses r exprès. « Je ne dirais même pas que ça crée des attentes, seulement que cette chanson a installé le projet à une place où le public est maintenant curieux de voir ce qu’on va faire. On a gagné un auditoire grâce à cette chanson. »

« Après, on est conscients [qu’un succès comme] Coton ouaté, si t’es chanceux, ça arrive une fois dans ta vie, reconnaît Lafontaine. L’impact pour nous, ça a été de passer d’un groupe qui roulait bien, un peu connu, qui réussit à jouer un peu partout », à un groupe couru à la grandeur du Québec, que tout le monde adopte. « Cette toune a été adoptée par les gens d’une façon qu’on pourrait pas tenter de recopier ça, on en conscients. »

La musique d’abord, l’humour ensuite

Top minou est le quatrième album du groupe, mais pour la majorité des fans de Bleu Jeans Bleu, c’est presque le troisième, à cause justement de Coton ouaté, tirée de l’album Perfecto, paru en 2019. Avant, il y eut Franchement WOW, lancé en 2016, tout aussi débile et cousu de l’humour au premier degré de Mathieu Lafontaine, tête à claques du projet.

« Les Bleus, c’est un projet que j’ai commencé sans le savoir au secondaire, parce que je faisais des tounes pour faire rire, raconte-t-il. Même au primaire, j’étais le fatiguant qui parlait tout le temps en classe parce que je voulais faire rire tout le monde. Je réussissais à l’école, alors les profs ne m’en voulaient pas tellement, sinon que je dérangeais les autres. Avec les Bleus, c’est comme si j’avais trouvé la manière de faire rire, mais en faisant une musique qui me nourrit. Et faire des chansons qui ont l’air simples, mais dans lesquelles on cache de petits détails », comme un blues joué sur un temps composé (Blue jeans blues). « Les Bleus, c’est le parfait mélange de tounes drôles, tripantes, mais challengeantes à jouer. »

« Je pense qu’on fait le pont entre le monde de la musique et celui de l’humour, estime-t-il. Lorsque les critiques de l’album Perfecto sont apparues, on a commencé à lire des choses comme : “Ces gars-là savent jouer de la musique, c’est un bon groupe.” Une fois ça dit, ça a pour nous dédouané tout le reste. On a arrêté d’essayer de défendre ce point-là. Les gens l’ont compris, on fait de la musique. Ce n’est pas de l’humour sur un fond musical, c’est de la musique qui va te faire rire. »

Costumes en prime. Bleu Jeans Bleu ne s’en débarrassera jamais, précise Mathieu Lafontaine : « Le personnage ouvre vers quelque chose, explique-t-il. On dirait que grâce à ça, l’inhibition tombe avec les gars du band et ça nous amène d’autres façons de bouger sur scène. Les costumes sont super bénéfiques pour un projet comme celui des Bleus, la légèreté de la patente nous permet d’y aller vraiment à fond, d’en donner plus que le client en demande. »

Mathieu nous sert alors cette anecdote des premiers concerts avec ses musiciens, François Lessard aux guitares, Pierre-David Girard à la basse et Mathieu Collette (alias Ti-Loup) à la batterie : « Au début, lorsqu’on jouait dans un bar, y avait huit personnes qui buvaient leur pinte au comptoir en nous faisant dos parce qu’ils n’étaient pas venus pour nous voir. Or, si tu donnes un show comme ça en faisant comme s’il y avait deux mille personnes devant toi, plein d’énergie et d’enthousiasme, les huit personnes se revirent de bord et ça casse le malaise tout de suite. Les gens se disent : “Sont ben épais, y’a personne, pourquoi sont contents de même ?” Ça a été notre manière de casser la glace, grâce à nos personnages » qui se « tapaient dans la mitte » entre chaque chanson comme s’ils venaient de réussir un abat aux quilles.

« Ça a comme aidé à installer ceci : si tu vas voir un show des Bleus, tu vas rire, ça va être le fun. » Encore mieux : ce sera top minou.

Top minou

Bleu Jeans Bleu, Chalet Musique. Disponible le 18 novembre.

À voir en vidéo