«Teatro Lúcido», La Femme

Les planchistes de La Femme surfent sur la vague du succès actuel du reggaeton et du flamenco pop emmenée par Rosalía en proposant un quatrième album en espagnol. Mais voilà, il ne suffit pas de maîtriser les rouleaux pour convaincre… De ce fait, le groupe français navigue à vue sur l’humour décalé qu’on lui connaît depuis ses débuts. Teatro Lúcido ne serait-il en réalité que l’écho d’une caricature de la culture hispanique ? Les — presque — vulgaires morceaux Maialen, El Tio del Padul et El Conde-Duque, par exemple, transpirent maladroitement les férias de l’Espagne et du sud-ouest de la France, d’où le groupe est pourtant originaire. Dans le même ordre d’idées, on aura vite compris que La Femme en pince pour le terme borracho, qui signifie « ivre », dont on ne compte plus les citations au fil des chansons. Ah ! Le comique de répétition… Si Teatro Lúcido manque d’authenticité, il faut cependant reconnaître que des titres comme Y tu te vas, Contaminando et Resaca sont musicalement très intéressants lorsqu’ils sont écoutés hors du contexte de l’album. Quel dommage !

Teatro Lúcido

★★ 1/2
Rock

La Femme, Disque Pointu

À voir en vidéo