«Les Symphonies» de Robert Schumann, Daniel Barenboim

Avec l’annonce de son retrait, soi-disant temporaire, du podium, il se pourrait que cette intégrale Schumann soit le dernier témoignage de Daniel Barenboim en tant que chef. Schumann a toujours très bien réussi à Barenboim, avec l’intégrale DG-Chicago des années 1970 et celle de cette même Staatskapelle de Berlin pour Warner en 2003. Cette nouvelle tentative ne correspond-elle qu’à des volontés mercantiles ? Non. Barenboim a radicalement changé d’opinion sur certains mouvements, notamment les volets médians III et IV de la 3e Symphonie, plus allants. Il fluidifie aussi la romance et le scherzo de la Quatrième, et les mouvements centraux de la Printemps. Contrairement à de nombreuses récentes parutions de Barenboim, redondantes et superflues, ces Schumann de grande tradition, mais qui respirent un air vivifié, se justifient et représentent le legs valide du grand chef dans ces oeuvres. Dommage que le son des ingénieurs de DG (Symphonies nos 1 et 2 surtout) soit couvert et vaguement bouché.

Cliquez ici pour découvrir un extrait. 

Robert Schumann

★★★ 1/2
Classique

Les symphonies. Staatskapelle Berlin, Daniel Barenboim, DG 3 CD 486 2958

À voir en vidéo