Eminem et Dolly Parton entrent au panthéon du rock

Dolly Parton, 76 ans, avait pourtant demandé dans un premier temps que son nom soit retiré de la sélection n’ayant pas «le sentiment d’avoir mérité cette nomination».
Suzanne Cordeiro Agence France-Presse Dolly Parton, 76 ans, avait pourtant demandé dans un premier temps que son nom soit retiré de la sélection n’ayant pas «le sentiment d’avoir mérité cette nomination».

Le monde de la musique s’apprête à célébrer samedi les nouveaux élus au Rock and Roll Hall of Fame, panthéon américain du rock et de la musique populaire. Parmi eux, le rappeur Eminem ou encore la reine de la country Dolly Parton.

Le groupe pop rock Eurythmics, le chanteur-compositeur Lionel Richie, les Britanniques de Duran Duran, la parolière Carly Simon et le duo rock formé par Pat Benatar et Neil Giraldo complètent cette cuvée 2022 qui sera mise à l’honneur lors d’un concert de gala à Los Angeles.

La prestigieuse institution de Cleveland n’a jamais été réservée uniquement au rock et s’est ouverte, dès sa première promotion en 1986, à d’autres genres musicaux : soul, blues, R & B, folk, country, puis rap.

Dolly Parton, 76 ans, avait pourtant demandé dans un premier temps que son nom soit retiré de la sélection n’ayant pas « le sentiment d’avoir mérité cette nomination ».

Mais le temple du rock and roll avait salué la « carrière de compositrice pionnière, la voix remarquable, le glamour théâtral, le sens des affaires et le travail humanitaire » de Dolly Parton, « icône adorée » des Américains, soulignant qu’elle méritait entièrement sa place.

« J’ai eu l’impression que j’allais m’approprier quelque chose que quelqu’un d’autre méritait sans doute davantage que moi, parce que je ne me suis jamais considérée comme une artiste rock », a déclaré l’interprète de « Jolene » et « I Will Always Love You ». « Mais évidemment, cela va au-delà de ça ».

Une promotion éclectique

 

Cette promotion est l’une des plus éclectiques que l’institution ait connues ces dernières années.

Eminem a fait une arrivée tonitruante dans l’univers du rap dans les années 1990 avec son album « The Slim Shady LP », qui inclut le tube « My Name Is », à l’humour noir et provocateur.

Connu pour son flow foudroyant, l’artiste de Detroit a consolidé son statut de superstar avec la sortie de « The Marshall Mathers LP » en 2000, devenu l’un des albums les plus vendus aux États-Unis.

Il rejoint ainsi les rappeurs Jay-Z, Tupac, Ice Cube et Grandmaster Flash, ainsi que son fidèle producteur et mentor Dr Dre, dans le panthéon du rock.

Lionel Richie, crooner à l’origine des inoubliables chansons d’amour « All Night Long » et « Hello », et Eurythmics — duo composé d’Annie Lennox et de Dave Stewart — reçoivent de leur côté cet honneur après avoir déjà été intronisés au Hall of Fame des auteurs-compositeurs.

« Nous nous renouvelions en permanence. Ça a toujours été le but », a déclaré la chanteuse du tube « Sweet Dreams (Are Made Of This) », au magazine Rolling Stone peu après l’annonce des lauréats en mai dernier. « C’est ce qui a permis à notre étincelle de durer. »

Duran Duran devrait profiter du concert de dimanche pour se réunir à nouveau, avec ses anciens guitaristes Andy Taylor et Warren Cuccurullo.

« Nous n’avons pas eu de soi-disant » séparations acrimonieuses « . C’était courtois, plutôt mutuel », a déclaré Simon Le Bon, leader du groupe, à Rolling Stone.

Le couple et duo Pat Benatar et Neil Giraldo, qui a dominé les années 1980 avec des titres comme « Hit Me With Your Best Shot », est lui aussi récompensé pour l’ensemble de son oeuvre.

À voir en vidéo