«Ultra Truth», Daniel Avery

Le compositeur britannique Daniel Avery ne rend pas seulement hommage à son défunt ami Andrew Weatherall sur Lone Swordsman, c’est tout Ultra Truth, son puissant cinquième album solo, qui rappelle son esprit créatif. Dans l’éclectisme des rythmiques passant du techno — le genre auquel on l’associe depuis son fameux premier album Drone Logic (2013) — au drum & bass, dans ses harmonies évocatrices, et surtout dans ces fascinantes textures sonores qui magnifient la proposition — le son du piano se décomposant en direct sur New Faith en ouverture donne le ton. Une belle et dense saudade que cet album inspiré de ses amours musicales pour Portishead (sur Near Perfect) et les premiers albums d’Aphex Twin (sur Spider, l’élégiaque Chaos Energy et la chanson titre), qui donne autant envie de rêver que de danser. Les collègues Manni Dee, HTRK, Sherelle, Kelly Lee Owens, la révélation techno australienne HAAi (la voix de Wall of Sleep) et la Montréalaise Marie Davidson ont tous collaboré à cette réussite.

Cliquez ici pour découvrir un extrait.

Ultra Truth

★★★★
Électronique

Daniel Avery, Phantasy Sound/Mute

À voir en vidéo