«Braquage de pouvoir», Tiken Jah Fakoly

Passé la chanson Enfant de la rue en ouverture, par laquelle on découvre que la prosodie de Grand Corps Malade n’est pas à son sommet sur une rythmique one drop, ce 11e album studio de Tiken Jah Fakoly s’avère aussi nécessaire et pertinent, parce que les problèmes demeurent en Afrique, même si « Quand tu regardes ce beau continent / Tu sais qu’il a tout pour réussir », chante l’Ivoirien sur Beau continent, collaboration avec le groupe français Dub Inc. Sur le plan strictement musical, Fakoly demeure dans sa zone de confort, posant comme toujours sa voix rêche sur des rythmiques new roots assorties de kora et de percussions africaines, parfois apprêtées avec une touche de modernité, dans le rythme et les synthés de l’excellente Où est-ce que tu vas ?, qui aborde la tragique question des migrants traversant la Méditerranée. Plus positif sur Ça va aller, Don’t Worry (duo, en anglais, avec Amadou & Mariam) et Le peuple a le pouvoir, cruellement lucide sur Gouvernement 20 ans, Colonisé et la chanson-titre, l’infatigable Fakoly n’a pas tout dit.

Cliquez ici pour découvrir un extrait.

Braquage de pouvoir

★★★ 1/2
Reggae

Tiken Jah Fakoly, Chapter Two Records

À voir en vidéo