«Robert le Diable» O. de Giacomo Meyerbeer, Marc Minkowski

« Ne te plains pas, mieux vaut se souvenir sur du Mozart que sur du Meyerbeer », fait dire Henri Jeanson à Louis Jouvet dans le film Un revenant de Christian-Jaque en 1946. Meyerbeer, c’est le synonyme du « grand opéra français », mais aussi de l’opéra à son plus monumental, interminable et parfois grandiloquent. C’est cette image que nuance nettement une parution qui vient plutôt rappeler que, parmi les œuvres emblématiques du grand opéra français, Robert le Diable, de Meyerbeer (1831), trônait au XIXe siècle entre Guillaume Tell, de Rossini (1829), et La Juive, d’Halévy (1835). On rappellera aussi, historiquement, l’importante influence de Meyerbeer sur le jeune Wagner (Rienzi !). On sait gré au Palazzetto Bru Zane d’avoir eu le courage d’allouer à ce jalon la place qui lui appartient et à Marc Minkowski et à ses forces bordelaises de ne rien alourdir ni épaissir. Le bonheur de cette importante redécouverte doit beaucoup à la distribution de haut vol : John Osborn (Robert), Nicolas Courjal (Bertram), Amina Edris (Alice), Erin Morley (Isabelle)…

Cliquez ici pour découvrir un extrait.

Robert le Diable

★★★★ 1/2
Classique

O. de Giacomo Meyerbeer, M. Minkowski, Bru Zane, 3 CD, BZ 1049

À voir en vidéo