«Zoroastre» de Jean-Philippe Rameau, Alexis Kossenko

Premier enregistrement de la version princeps de Zoroastre de Rameau, partition réalisée par le Centre de musique baroque de Versailles. L’opéra était connu dans une version profondément remaniée en 1756. Car il y avait eu, en 1749, cabale contre Zoroastre. Rameau, qui privilégiait la musique sur le texte, abandonne ici les sujets « occidentaux » pour de la mythologie persane, prétexte au librettiste Cahusac de faire oeuvre de prosélytisme pour ses idéaux maçonniques (Mozart sut, 40 ans plus tard, habiller les mêmes ambitions d’atours plus subtils dans La flûte enchantée). Lutte du bien contre le mal, lumières et ténèbres sont vues par un Rameau sexagénaire, au sommet de son art à travers des atmosphères richement caractérisées. Comme le résume Benoît Dratwicki dans le livret : le remaniement de 1756, offrant une intrigue plus sentimentale et moins métaphysique, fait aussi perdre plusieurs pages aussi magnifiques qu’inédites. L’équipe menée par Alexis Kossenko est somptueuse et, contrairement à Acanthe et Céphise (Warner), le CD est parfaitement enregistré.


Zoroastre

★★★★ 1/2
Classique

Tragédie lyrique (1749) de Jean-Philippe Rameau, Alexis Kossenko, 3 CD, Alpha891

À voir en vidéo