«Crushed Grapes», Jason Bajada

Septième album. Celui du grand trou des années confinées, forcément. Tous les artistes en ont fait un. Bajada aurait fait le sien tout seul s’il n’avait pas rencontré le réalisateur-arrangeur Connor Seidel. Ça aide, pour parler d’une sensation de stagnation intense qui est aussi un refuge. Un regard attentif aux signes de vie. Ça se traduit parfaitement dans une chanson intitulée Walt Disney, le fameux père cryogénisé de la souris Miquette. Entre compères, tout est plus facile. Y compris avouer qu’on meurt d’ennui (Humble Lion). Tout est légitime. Réflexions sur ce qui fut et ce qui en reste (Run on Romance), constats maussades et rigolos à la fois (Zombie Cry), rien ne tombe dans l’oreille d’un sourd. « Tell me what to do with my Friday night », chante Jason à Connor (qui joue le rôle de tous les autres possibles). Autant de raisons pour que les mélodies du très mélodique Bajada soient plus belles encore : somptueuses, porteuses, heureuses. Il faut se dépasser quand la vie menace de passer tout droit. Dont acte.

Cliquez ici pour découvrir un extrait. 

Crushed Grapes

★★★★
Folk indie

Jason Bajada, Audiogram

À voir en vidéo