«God Save the Animals», Alex G

Prolifique, l’auteur-compositeur-interprète Alex G, 29 ans, lance un neuvième album vaguement animé par une quête de spiritualité — c’est du moins ce que le musicien annonce, mais comme à son habitude, le sens de ses textes laisse beaucoup de place à l’interprétation. Ce qui paraît clair, cependant, c’est qu’on a affaire à un doué : mélodiste inspiré, Alexander Giannascoli est aussi un homme-orchestre qui, pour une rare fois, a invité des collaborateurs dans son studio pour l’aider à réaliser ce qu’on retiendra d’abord comme l’album le plus « propre » de sa discographie. Les chansons reluisent, les guitares et les banjos, les orgues, le piano omniprésent gommant un son indie rock des années 1990, les batteries (parfois électroniques), les voix très souvent trafiquées, le musicien appréciant les contrastes sonores frappants, mêlant le beau et le laid, l’harmonieux et le bruyant, souvent dans une même chanson. C’est, surtout, un album gorgé de tendresse qui s’écoute d’un coup, de la première à la treizième chanson, puis en boucle.


Cliquez ici pour découvrir un extrait.

God Save the Animals

★★★★
Rock

Alex G, Domino

À voir en vidéo