«Wilderness of Mirrors», The Black Angels

Photo: Partisan Records

Le groupe de rock psychédélique forméen 2004 à Austin, baptisé en l’honneur du Velvet Underground pour sa chanson The Black Angel’s Death Song, vient de lancer un sixième album studio qui perpétue les références aux oeuvres de la bande à Lou Reed, John Cale et Nico. Dans le texte d’abord, si l’on se fie à Wilderness of Mirrors, qui prête son nom au disque, et à A Walk on the Outside, des titres qui font respectivement écho aux mots de I’ll Be Your Mirror et de Walk on the Wild Side, bien sûr. Et puis il y a aussi The River, qui, en plus de mentionner les membres du Velvet, rend un hommage musical troublant à son morceau distordu de 1967 Venus in Furs. Mais, loin de présenter une pâle copie de leurs illustres idoles depuis près de 20 ans, les Black Angels continuent de faire du Black Angels, à savoir d’excellentes mélodies psychédéliques modernes de plus en plus teintées de sonorités garage. Enfin, ils réussissent l’exploit de la mise en abyme de leur propre discographie, comme c’est le cas avec Empires Falling, qui répond à leurs précédents Empire et I Dreamt.

Wilderness of Mirrors

★★★ 1/2
Rock

The Black Angels, Partisan Records

À voir en vidéo