Poésie - Gens du passage

Il y a quelques mois, les Éditions du Passage lançaient leur série de poésie avec trois plaquettes fort attrayantes. Spécialisée depuis 1999 dans un créneau relativement luxueux, cette maison explore ici une voie plus minimaliste et discrète, en concordance avec les écritures proposées.

Sans un mince billet cousu sur la couverture et nous indiquant l'auteur et le contenu, La Manière noire de Jean-Pierre Gaudreau se présenterait comme un simple carnet noir, dont les reflets métalliques introduisent implicitement les dessins de Denise Fernandez Grundman présents à l'intérieur. Ce motif de la couture est repris sur les deux autres plaquettes, signées Lili Côté et Louise Marois, où l'on retrouve un fil rouge semblable près de l'épine, sans utilité immédiate cette fois, alors que la reliure est laissée nue pour mieux faire voir sa propre couture. Ceux qui ont lu Les Chants de Maldoror se rappelleront une figure de style célèbre dans cette rencontre de trois poètes et d'une machine à coudre, même si les textes ont peu à voir avec l'imagination monstrueuse de Lautréamont. Il est plutôt question de fragilité ici, autant dans la matérialité des recueils que dans la parole des trois poètes.

Inspiré par les dessins torturés de Grundman, Jean-Pierre Gaudreau crayonne de courts lambeaux de prose, empruntant une identité féminine où se lisent les échos d'une tragédie assourdie: «Prisonnier de ta force ravagée. Je te vois dans la déportation des rêves, flamme après la destruction. / Vieillard blanc à côté de moi. Ta douleur éclaire mon visage de jeune femme. Une douceur muette interdit nos regards.» Quant à Louise Marois, ses poèmes en prose affectionnent aussi la perception visuelle (cette «peau des yeux») tout en allant plus loin du côté du récit. Dans ce recueil comme dans celui de Lili Côté, on a collé des petites pochettes semi-opaques contenant une photographie ou un papier sablé, artefacts d'un personnage et de ce «parfum du bois dur» qui peuplent ces livres. Témoignant d'une démarche éditoriale hors de l'ordinaire, ces petits objets donnent à lire autant qu'à toucher.

La manière noire

Jean-Pierre Gaudreau - Les Éditions du Passage - Montréal, 2004, 64 pages

Le parfum du bois dur

Lili Côté

Les Éditions du Passage

Montréal, 2004, 94 pages

La peau des yeux

Louise Marois

Les Éditions du Passage

Montréal, 2004, 48 pages