«Colin-maillard», Mantisse

La pandémie, répétons-le, a suscité plusieurs carrières musicales en solo. Colin-maillard est le premier album de Mantisse, l’un des trois vocalistes du collectif LaF, les deux autres ayant déjà présenté leur propre projet. C’est aussi, des trois, le plus cohérent, le mieux réfléchi, sur le plan des thèmes comme sur celui de la production musicale, pilotée par le compositeur Bnjmn.lloyd : son swing quasi house garage sur Arobas, son rythme rêvasseur déconstruit sur Coryphée, les orchestrations texturées de Chaga (avec Jamaz), Michel-Ange (avec Jamaz et Bkay, osons dire qu’il s’agit de la meilleure chanson du répertoire de LaF) et Sunny Delight (à laquelle collabore Étienne Coppée) donnent beaucoup de lustre et de saveur à la proposition. À sa manière, Mantisse chante autant qu’il rappe, exprimant le spleen qui nous a habités ces deux déconcertantes dernières années : « Égarés comme Belzébuth / Les murs et les catapultes / Les ennemis et les renforts / Les rues vides le cinéma de notre exode / Avant, toujours, avant qu’on implose », chantonne-t-il sur Arobas.


Cliquez ici pour découvrir un extrait.

 

Colin-maillard

★★★ 1/2
​Hip-hop

Mantisse, Disques 7ième Ciel

À voir en vidéo