«Sainte-Rita», Rick et Les Bons Moments

Qu’est-ce qui est subversif, en 2022 ? Le rock standard. Bonnes guitares, bons refrains, pas de chichi. Du rock. Même pas dans le tapis comme Gros Méné. Un peu Springsteen old school, Tom Petty première époque : la manière pas complexe mais bigrement efficace d’un Rick avec ses Bons Moments. Ce solide deuxième album aurait bien pu ne pas se faire si Les Bons Moments n’avaient pas insisté auprès de Rick (Éric Blanchard), un type de Baie-Comeau très en dehors de l’industrie. Le rêve d’endisquer ayant été concrétisé en 2020, à 50 ans, comme un cadeau à lui-même, pourquoi continuer ? Il se trouve que ça fait vraiment du bien, ça tient la route et ça se chante tout seul, cette musique. « C’est pas l’temps d’la retraite / Faut qu’tu perces mon Rick », résume-t-il dans la toune d’intro. Presque résigné. « Magalie Lépine-Blondeau à Tout le monde en parle / Y a Toronto qui vient d’scorer / Legault nous rassure au Téléjournal / Ricardo nous fait son pâté », décrit-il dans Down Underground. Aussi bien faire de la (bonne) musique.

Cliquez ici pour découvrir un extrait.

 

Sainte-Rita

★★★ 1/2
​Rock

Rick et Les Bons Moments,

À voir en vidéo