«A Snapshot in Time», Artistes divers

C’est dans l’Angleterre de 1961 que ça commence. Ce qui deviendra « l’affaire Profumo ». John Profumo, ministre de la Défense, a une relation extraconjugale avec un mannequin très en vue, Christine Keeler. Pas de quoi écrire à la reine. Le scandale éclate quand la presse révèle que la très moderne jeune femme se serait accolée à un attaché soviétique. Pour résumer, on envoie James Bond sauver le Royaume, et les Beatles distraire la planète. Toujours est-il que ce chouette album nous fournit la trame sonore de ces années louches qui précèdent l’explosion multicolore du Swinging London. En noir et blanc, la photo de pochette, où le chanteur bellâtre Anthony Newley se la joue suave entre les sulfureuses Joan Collins et Christine Keeler, est le cliché clé de cette époque, et l’éclectisme des titres choisis nous dit ce qui se fomente : du R&B américain (l’explicite Sugar Baby de Jimmy Powell), du commentaire à peine voilé (Christine par Miss X), de la pop égrillarde (A New Kind of Lovin’ par Eden Kane), et le thème de la série d’espionnage Destination Danger en point d’orgue. Shocking.

Cliquez ici pour découvrir un extrait.

A Snapshot in Time

★★★ 1/2
​Archives

Artistes divers,

À voir en vidéo