Une Granbyenne remporte le Festival international de la chanson de Granby

Sa voix douce, mais percutante, a su voler la vedette de la première édition «normale» du festival en trois ans.
Photo: Éléonore Delvaux Sa voix douce, mais percutante, a su voler la vedette de la première édition «normale» du festival en trois ans.

Pour une rare fois, une Granbyenne a remporté les grands honneurs du Festival international de la chanson de Granby (FICG). La tête coiffée d’une fleur, Oli Féra a conquis le jury de la 54e édition mercredi soir.

Sa voix douce, mais percutante, a su voler la vedette de la première édition « normale » du festival en trois ans.

Il faut dire que le public était déjà un peu gagné d’avance. « C’est la deuxième Granbyenne qui gagne en 54 ans », atteste Geneviève Côté, la nouvelle directrice du FICG. Qui plus est, Oli Féra est passé par l’École nationale de la chanson de Granby, un autre élément de fierté pour le haut lieu de la musique sis en Estrie.

Mais gare à ceux qui penseraient que cette proximité y a été pour quelque chose ! Le jury est composé d’une centaine de professionnels du milieu qui proviennent de partout dans la francophonie. Le prix du public, lui, a plutôt été décerné à La Charpie.

Zéphyr Bielinski, Maude Sonier et Chino composaient le reste du tableau des finalistes.

 

La chimie s’est installée entre Oli Féra et la salle presque comble du Palace de Granby, mais aussi entre les artistes eux-mêmes. Les 24 participants n’avaient pas l’air en compétition, raconte Geneviève Côté. « On ne sait pas si c’est un effet de la COVID-19, ou quoi, mais ils travaillent vraiment en collaboration, comme soudés, frères et soeurs. Ils ont été en “coo-pétition”. Plusieurs sont revenus hier soir pour assister à la finale. C’est très inspirant. »

Une édition « rock »

Pas facile, le redémarrage du festival après une édition virtuelle en 2020, puis une autre « hybride » en 2021. La nouvelle directrice est entrée en poste à peine deux mois avant le début des festivités. Comble du casse-tête : la rue principale de Granby est éventrée par un grand chantier. « Jusqu’à 17 h 30, on ne savait pas si on allait pouvoir utiliser l’entrée principale », soupire Geneviève Côté.

Un fameux virus a aussi compliqué la programmation, mettant hors circuit un guitariste. La difficulté à dénicher des techniciens n’a pas été de tout repos pour la nouvelle capitaine du FICG. « On est comme des canards. Sous l’eau, ça bouge beaucoup, mais au-dessus, ç’a l’air d’une édition normale. C’est bien parfait, dit-elle […] C’est une édition rock ! »

Le festival se poursuit jusqu’à samedi.

À voir en vidéo