«Quatre allumettes», Mille Milles

En lui-même comme s’il s’agissait d’une forêt aux mille sentiers, Vincent Legault continue d’explorer sa part d’inconnu, se guidant au petit bonheur des sons réverbérés, jusqu’à rencontrer sa propre « petite fille aux allumettes », qui l’éclaire comme elle peut dans les couloirs de sa mémoire et les recoins de ses sentiments les plus intimes. On peut difficilement imaginer un projet plus solo que celui-là, et Vincent Legault, des Dear Criminals, ne semble pas au bout de son voyage intérieur. Il en est à la troisième étape, après un album et un microalbum en 2020 : un bouquet de pièces plus ou moins liées où le piano bat au rythme du coeur, les vocalises d’Évelyne de la Chenelière servent de liant, et l’instrumentation baroque (quatuor de cordes, vents et bois, basse) dessine les émotions révélées. La plus mémorable, Jeux de balles, merveille mélodique, semble prête à recevoir des mots : prochaine fois, peut-être ? On verra les 9 et 10 septembre à la Société des arts technologiques ce qu’il adviendra de l’aventure en cours.

Cliquez ici pour découvrir un extrait.

Quatre allumettes

★★★★
Instrumental

Mille Milles (Vincent Legault), Simone Records, Instrumental

À voir en vidéo