Nos choix aux Francos

Luce Dufault

Ça a toujours été un peu le cas, mais en cette édition libératrice, on peut parler de cas d’urgence. Difficile d’imaginer rattrapage plus justifié que le spectacle de l’album Dire combien je t’aime. Deux ans qu’il est là, le bel album de Luce Dufault, et les remarquables contributions des Andrea Lindsay et Luc De Larochellière, Daniel Bélanger, Moran et Catherine Major, David Goudreault et Richard Séguin, entre autres, méritent que Luce les porte à la grandeur du Quartier des spectacles (et du Québec entier).

Scène Le Parterre, à 20 h

Michel Rivard

 

Fin de parcours pour le grand voyage autobiographique du cher Flybin au pays de ses origines, expérience moitié théâtrale, moitié chansonnière unique dans nos parages. La célébration de ses 50 ans de chanson s’en vient, un spectacle rétrospectif dans la foulée. Présentez-vous à tout hasard au Gesù, des fois que la COVID sur le tard causerait des désistements. Le malheur des uns…

Gesù, 20 h

Hubert Lenoir

 

Que nous réserve cousin Hub’, comme dit la fillote dans Les visiteurs ? Cataclysme, révolution, farces et attrapes, malins plaisirs ? Convenons que l’album PICTURA DE IPSE. Musique directe, avec ses collages, échantillonnages et autres bricolages, ne se prête pas trop à la transposition sur la grande scène des Francos. Qu’à cela ne tienne, l’inénarrable Lenoir fera autre chose. Et trouvera le moyen — il l’a promis ! — d’entrer en contact avec la foule, qui sera, de toute évidence, compacte et volontaire. Danger, danger !

Place des Festivals, à 21 h

À voir en vidéo